Contribution de
elodieg
Culture   Livres  

A lire : "Un pays à l'aube", de Dennis Lehane

Amour, drame et luttes politiques : Danny le flic, et Luther l'ouvrier, dans un implacable engrenage politique, policier et social : entrez dans la tempête !

A lire : "Un pays à l'aube", de Dennis Lehane © Abaca
fezzrzr
Taille du texte : A A A
Imprimer
Réagissez
Je m'abonne

"Un pays à l'aube"De Dennis LehaneSortie en janvier 2009Ed. Rivages - 768 p. - 23 €

Amour, drame et luttes politiques : Danny le flic, et Luther l'ouvrier, dans un implacable engrenage politique, policier et social : entrez dans la tempête !

Où : Boston.

Quand : 1919. Retour des soldats démobilisés. Ravages de l'inflation. Misère. Luttes syndicales, groupes anarchistes et bolcheviques, mouvements de défense des droits civiques des noirs.

Qui : Danny Coughlin, agent de police, fils d'un populaire capitaine de la police de Boston, infiltré dans les milieux syndicaux et révolutionnaires. Luther Lawrence, jeune ouvrier noir de l'Ohio, fuyant une épouse et deux meurtres.

Quoi : Manipulations politiques et policières, misère, violences, amours tendres et passionnés. L'étau se resserre progressivement sur les héros, jusqu'à l'explosion finale : la grève de la police de 1919, au cours de laquelle la ville de Boston, sans défense, fut mise à sac.

Un avant-goût ? "Ce n'était pas un Américain. Juste un sous homme. De la main d'oeuvre. Une bête de somme, rien de plus. Tu t'imagines que je vais rester là à me tourner les pouces pendant que tes amis tentent d'abâtardir les Blancs ? Dans vingt ans, personne ne voudra croire qu'on t'a laissé vivre en homme libre. Qu'on t'a versé un salaire. Qu'on t'a autorisé à nous parler, à toucher notre nourriture. Si tu ne fais pas très exactement ce que je demande, je tuerai un nègre par semaine dans cette ville."

Pourquoi le lire : parce qu'on adore.

Roman fourmillant, foisonnant, rebondissements multiples, histoires parallèles, drames...

... on vit, on tremble, on espère avec les héros, dans la rue, dans les bagarres, dans les bars. On ne souffle qu'à la dernière page.

A lire absolument !

 Réagissez
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
Commentez 0