Contribution de
La rédact'
sexo-psycho   Santé  

Anticancer, de David Servan-Schreiber

Chaque malade peut-il être spécialiste de son cancer ? C'est la question que l'on peut se poser à la lecture du dernier livre de David Servan-Schreiber, Anticancer. Le célèbre chercheur et psychiatre nous invite à une nouvelle approche face à la maladie la plus terrible de notre société.

Anticancer, de David Servan-Schreiber
fezzrzr
Taille du texte : A A A
Imprimer
Réagissez
Je m'abonne
anti concer david servan scheiber

 

 

Voici un livre bien dans l'air du temps.

Ah ! Retrouver une alimentation équilibrée, faire du yoga, dire non aux pesticides, établir une relation saine à son corps et à son esprit... À vrai dire, les conseils du bon docteur Servan-Schreiber ne relèveraient que du simple bon sens s'il n'était question de cancer. Ce mot posé, tout devient plus grave, plus sérieux, suscitant évidemment des polémiques.

Le cancer serait-il le royaume de certains spécialistes ?

Doit-on pour en réchapper s'en remettre exclusivement aux mains des chirurgiens et des cancérologues ? Est-ce une telle épreuve que le malade n'y puisse rien faire ? C'est ce combat pour la réappropriation de son corps, de sa conscience, et, pourquoi pas, de son cancer, que mène David Servan-Schreiber à travers Anticancer. L'auteur est légitimé par sa propre maladie (DSS était atteint d'une tumeur au cerveau).

Quelques éléments à contribution de la polémique (jamais mauvaise, après tout) :

Pour :

David Servan-Schreiber a sans doute raison dans son approche : le cancer n'est plus une affaire de spécialistes.

C'est une maladie de notre temps, et chacun, en tant qu'acteur de son temps, est concerné.

L'intérêt du livre tient aussi au fait qu'il met à la portée de tous diverses expériences médicales et leurs résultats.Pourquoi ne pas en finir, oui, avec la toute puissance de la médecine allopathique et s'ouvrir à d'autres façons de traiter le cancer ?

C'est là où le livre tient son intérêt puisqu'il pense le cancer non plus comme une fatalité mais comme une maladie chronique en relation à notre mode de vie.

Contre :

L'auteur n'est pas cancérologue. S'il intervient sur le cancer c'est à titre privé : "Je suis spécialiste de mon propre cancer." explique-t-il dans Le Figaro du 6 octobre 2007. Cependant, en tant que scientifique et thérapeute, il crée forcément une confusion des genres.

Mais qu'y a-t-il de bien nouveau finalement ? David Servan-Shreiber nous apprend que pour rester en bonne santé, il faut manger sain, pratiquer une activité physique et savoir se détendre !

 Réagissez
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
Commentez 0