Contribution de
alyssa_hans
Culture   Evasion  

Au cœur du carnaval sénégalais : le Takussan n'dar

Mes dernières pérégrinations m'ont menée au nord du Sénégal, à Saint-Louis. L'océan Atlantique et les plages dorées en toile de fond, j'ai eu le privilège d'assister au Takussa n'dar. Une fête africaine qui détonne.

Au cœur du carnaval sénégalais : le Takussan n'dar
fezzrzr
Taille du texte : A A A
Imprimer
Réagissez
Je m'abonne

A 200 km de Dakar, ce carnaval atypique est prisé pour ses icônes de l'élégance : les Signares. Ces femmes de la noblesse, jadis épouses de colons, entretiennent encore l'image de marque de la ville.

Chaque année, le Takussan n'dar plonge la ville dans une joyeuse effervescence. Ici et là on ajuste ses costumes, on esquisse des pas de danse... Toute la population sacrifie à la tradition.Le jour venu, les rues sont désertes. La petite île de Saint-Louis baigne dans un halo de sérénité... juste avant le show des djembés.

A 16h, coup d'envoi des festivités

Le pas est gracieux, le boubou savamment noué brille sous le soleil.

J'en prends déjà plein les yeux !

Les premières silhouettes s'avancent vers la place Faidherbe. Toute la ville se pare de ses plus belles toilettes : pagnes, maquillage, chapeaux, babouches. Rien n'est de trop pour ce défilé "haute couture" locale !

Les troupes folkloriques se succèdent pour rendre hommage à différentes ethnies : les Guinéens, les Bambaras ou encore les Mauritaniens. Et tout le monde joue le jeu. Même les Français installés à Saint-Louis portent des tenues coloniales et paradent en couple avec les Signares.

Oublié le gloss et les paillettes, c'est en noir que certaines femmes ont peint le contour de leurs lèvres. Et comble du chic ici, elles mâchouillent du 'sathiou', un cure-dent géant !

La place centrale prend des allures de carnaval. Les premiers tam-tams résonnent.Le cortège peut prendre son élan.

C'est parti pour des rythmes endiablés et une ville entière en liesse !En tête de défilé, les Signares déambulent avec des coiffes en cône et des boubous en bazin, un tissu précieux et brillant.

Photos : Abdou Boye

 Réagissez
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
Commentez 0