Contribution de
Anna-Ka
Mince Alors !   sexo-psycho  

Bref. J’ai pris un cours de pole dance

Parfois le dépassement de soi conduit à tester les activités les plus improbables. Et c’est ainsi qu’un jour, je me suis retrouvée sur une barre tournante, la tête en bas. Du pole dance, on appelle ça.

Bref. J’ai pris un cours de pole dance
fezzrzr
Taille du texte : A A A
Imprimer
Réagissez
Je m'abonne

Pour celles qui ne savent pas, la pole dance est unediscipline (bien physique, comme j’ai pu le constater) qui consiste à dansersur et autour d’une barre verticale, exécutant une chorégraphies à base defigures plus ou moins acrobatiques.

Cette pratique, au départ connotée car assimilée au strip-tease, s’est démocratisée cesdernières années. Elle est devenue un sport à part entière et une alternativeaux exercices de fitness, tout en mettant en valeur la féminité. Suivant cetargumentaire, j’ai donc décidé de tester…

Et bien OUTCH ! Je ne suis certes pas une grandesportive mais toutefois habituée à l’exercice pour prendre de soin de moirégulièrement. Et pourtant, même avec cette base, autant vous dire que ce futrock n’roll. Je vous livre quelques détails à savoir avant de vouslancer :

- 1h de pole dance, la première fois = 4 jours decourbatures intenses. J’ai pleuré ma mère pour faire le moindre mouvement etdemandé à mon mec de m’habiller tellement je n’y arrivais pas. Voilà.

- La barre verticale, c’est le mal. Elle brûle les jambes (caril faut s’y laisser glisser tout du long… en short), procure des hématomesdisgracieux et se met à tournoyer pile lors de l’exécution d’une figurecompliquée. Par conséquent, les « BAM » entendus durant la séanceétaient le bruit de mon postérieur meurtri se fracassant contre le sol. 

- Tout s’effectue à la force des bras, ce qui estcontraignant pour quelqu’un comme moi qui a précisément de petits bras depoulet, pas musclés pour deux sous.

- Il faut avoir la mémoire de se souvenir de TOUTE lachorégraphie. Oui, parce que se retrouver les quatre fers en l’air accrochée àla barre, tout double menton sorti, ne suffit pas : il faut aussi compterles temps et enchaîner les mouvements. A vrai dire, je songe clairement àretourner vers le modern-jazz.

- La connotation strip-teaseest peut-être valable quand la fille se meut avec grâce et souplesse autourde la barre. Mais moi, j’ai plutôt eu l’impression de ressembler à un koala quis’accroche très fort à son bambou. Et m’est avis que si je reproduisais la« chorégraphie » à la maison, l’homme ne serait pas particulièrement excitémais mort de rire.

Sinon, c’est très beau en vrai (quand c’est bien fait,j’entends). Mais pour ma part, je vais devoir pratiquer encore un peu…

Pour les intéressées, sachez que la pole dance peuts’adapter à tout niveau et que c’est une excellente idée (de torture) lors d’unEVJF.
Vous trouverez forcément une école proche de chez vous.
N’oubliez pas de sortir les talons : beaucoup d’écolesvous font travailler directement sur highheels. J’appelle ça le côté sexy-Compeed.
Enfin, venez jambes nues et non crémées : en collant ouavec une lotion hydratante, ce n’est plus du pole dance mais du ski !

Alors, tentée ?

 Réagissez
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
Commentez 0