Contribution de
Livy-Etoile
Noël  

Ce n’est pas honteux de regarder des téléfilms de Noël !

Ce n’est peut-être pas digne de moi mais les téléfilms de Noël, j’adore ça !

Ce n’est pas honteux de regarder des téléfilms de Noël ! © RHI Entertainment ©
fezzrzr
Taille du texte : A A A
Imprimer
Réagissez
Je m'abonne

A Noël, en matière de soirées DVD, je suis une fille tout cequ’il y a de moins original : je pleure devant la scène des pancartes de LoveActually, ne me lasse pas de mon film coup de cœur The Holiday et merepasse en boucle Le Journal de Bridget Jones. C’est facile et assumé.Il faut dire que les films de Noël dits cultes sont grosso modo les mêmes références pour toutes.

 Mais pas que. Parmiles passions inavouées (et inavouables) en période de fêtes, j’en nourris une depuislongtemps : les téléfilms de Noël.

Le principe du téléfilm de Noël est simple : c’est un film assez mièvre,totalement kitsch, et globalement mal tourné, qui met en scène durant le timing des fêtes de fin d’année, ungarçon et une fille, souvent un peu désabusés, que tout oppose et que le destinva faire… devinez quoi… se rencontrer !
Le suspense est insoutenable, on ne devine vraiment pas facilement comment lescénario pourrait bien se terminer et en plus, il y a de sacrés rebondissements(en général, il s’agit d’une mauvaise nouvelle qui survient tout juste après unpremier baiser). Ajoutons à cela une vraie dimension fantastique puisqueparfois, le téléfilm de Noël ne manque pas de faire intervenir anges gardiens,père Noël et autres lutins. Et là, Tolkien pourrait bien aller se rhabiller.

Vous l’aurez compris, on est loin du film d’auteur ou d’unepotentielle critique positive de la part de Télérama (ne sait-on jamais). Etsans se mentir, ça ne correspond pas non plus particulièrement à mes goûts enmatière de cinéma –sauf si j’ai envie d’une grosse marrade. Mais je n’ai pashonte de l’avouer : oui je regarde des téléfilms de Noël, même que j’adoreça. Je les traque avec passion sur M6 et si, ô chance, je tombe dessus parhasard, je reste définitivement scotchée à ma télé. Comme si le dernierTarantino était en train d’être diffusé.

Bien sur, je ne suis pas sans trouver l’exercice niais etdésuet. Mais seulement… C’est mignon, ça fait doucement rêver et surtout, çapermet de nous évader de notre propre réveillon qui va survenir incessamment souspeu ; celui avec tonton FN et mamie sucre-les-fraises. Dans la fiction,vous reconnaîtrez que c’est tout de même mieux. En plus, chez eux à Noël, lessapins sont merveilleusement grands et il neige toujours.


Du coup, s’il me plaît d’imaginer un grand blond aux yeux bleus quim’enlacerait devant un feu de cheminée le 25 décembre, avec des illuminationspartout autour et une ambiance musicale pas piquée des hannetons, je ne voispas pourquoi je m’en priverais. C’est un petit plaisir de saison très sain, sisi. Et apparemment, beaucoup de mes amies en pincent elles aussi pour cestéléfilms remixés à la sauce Harlequin. Pas vous ?

 Réagissez
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
Commentez 0