Contribution de
Gallïane Murmures
Culture   Lifestyle  

Ces femmes anti-féministes

Ces femmes qui jugent et critiquent le combat féministe, ne comprenant pas nos positions de défense des droits de la femme, ces femmes anti-femmes...

Ces femmes anti-féministes © Pixabay
fezzrzr
Taille du texte : A A A
Imprimer
Réagissez
Je m'abonne

Elles existent, elles sont là, à dire qu'on crie pour rien, qu'on voit le mal partout, que nous sommes hystériques.

Je les vois partout, je les entends, je les lis. Et je suis consternée.
Pour elles, nous ne sommes que des folles, des nanas qui nous agitons pour faire du bruit. Elles pensent que nous sommes fermées d'esprit (?), que nous n'avons pas d'humour ni de second degré, j'en passe et des meilleures. Elles acceptent cette société où les hommes peuvent nous insulter, nous humilier, nous punir d'être née femme et non homme. Je ne comprends pas leur position. Je ne comprends pas qu'elles comprennent et acceptent des points de vue misogynes et sexistes. 

Elles acceptent aussi d'être payées moins que les hommes ? 
Elles acceptent aussi qu'on leur refuse des emplois parce qu'elles ont des ovaires et non des testicules ?
Elles acceptent l'idée que la femme n'est pas l'égale de l'homme ?

Comment font-elles ? Comment font-elles pour avoir des oeillères à ce point ?
Comment font-elles pour ne pas se sentir concernées par les problématiques féministes ?

Je ne suis pourtant pas une grande militante, je n'appartiens à aucune association féministe.
Je suis féministe à ma façon, à travers mon art principalement, mais aussi à travers mes gestes du quotidien, ma façon de pensée en général, mes idées et mes convictions. Je ne demande pas d'aller dans la rue et de se foutre à poil(s), je ne suis pas certaine que les coups d'éclat soient systématiquement utiles, mais je les trouve nécessaires pour mener le combat. Celui de nos grand-mères et de leurs mères avant, de ces femmes qui se sont battues pour que  nous ayons des droits, le droit d'exister par nous-même et non pas par et à travers un homme (je rappelle qu'avant, une femme appartenait soit à son père, soit à son mari mais n'avait aucune existence juridique sans eux)

Alors comment peut-on ne pas être féministe ? Comment peut-on se foutre royalement de la condition de la femme ? Pardonnez moi, je ne comprends pas...

 Réagissez
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
Commentez 0