Contribution de
Léonie_D
Santé   sexo-psycho  

Comment bien affronter l’hiver ?

Fatigue, baisse de moral, santé en berne et peau terne… Je fais quoi au juste pour empêcher l’hiver de devenir mon pire ennemi ?

Comment bien affronter l’hiver ?
fezzrzr
Taille du texte : A A A
Imprimer
Réagissez
Je m'abonne

De façon globale, l’hiver est loin d’être ma saison préférée.J’ai toujours l’impression de devoir traîner ma carcasse épuisée d’un bout àl’autre de la ville, et si par mégarde je sens le vent frapper mon visage, je songedéjà à la grosse crève qui s’ensuivra. En résumé, je psychote sévère. Car onpeut tout à fait passer l’hiver fingersin the nose sans être une loque pendant 3 mois ni même déprimer. Dinguehein ? Mais encore faut-il s’en donner les moyens à base de petits gestesqui vous sauve un quotidien.

- J’essaie d’avoirun sommeil réparateur : c’est encore le meilleur moyen pour seprotéger des microbes ambiants, tenir la forme et fabriquer des anticorps. Unmoyen agréable, qui plus est, puisqu’au fond, dormir est un peu mon activitépréférée en hiver. Il y a toutefois des limites à cela. Un sommeil réparateurne veut pas dire hiberner. Dormir trop, c’est la garantie d’être épuisée à nerien faire. Donc pas plus de 8 heures d’affilée.

Enfin, si vous êtes une grosse insomniaque qui avez eu enviede pleurer à la mention des 8 heures de sommeil d’affilée, hop ! Filezchez votre médecin traitant. Il existe plein de formules homéopathiques pouravoir un sommeil serein et il saura vous conseiller bien mieux que moi.

- Je tente la curede magnésium : c’est elle qui me permet de lutter au quotidiencontre cette fatigue latente qui envahit tout mon être dès qu’il fait un peufroid et gris (petite nature que je suis). Pour ma part, une ampoule chaquematin au petit-déjeuner, je renouvelle l’expérience toute la saison et j’arriveapparemment à y survivre chaque année. Moins en revanche au goût de jusd’orange rance de ladite ampoule de magnésium… C’est d’ailleurs pour ça que dèsque je le peux, je privilégie les produits naturels. Pour ce faire, je boisbeaucoup d’eau minérale, mange des légumes verts et des céréales complètes. Pasbien compliqué à suivre et très efficace pour tenir le cap.

- J’aère monappart’ : ce serait tentant de penser qu’un nid douillet et bienchauffé me protège du vilain monde extérieur et de ses bactéries mais en fait,pas du tout. Il faut au contraire laisser l’air se renouveler dans la maisonafin d’éviter de vivre dans un ramassis de miasmes. Vous remarquerez que ditcomme ça, c’est nettement moins sympa ! Car il y a toujours une bonneexcuse pour ne pas ouvrir les fenêtres en hiver : la nuit qui tombe troptôt ou bien le froid dans notre homesweet home quand on rentre du boulot... Et si on arrêtait de jouer lesfilles fragiles à la fin ? La fraîcheur, c’est bien connu, préserve lasanté beaucoup mieux que le chaud.

- Je poursuis mesactivités en extérieur: non, s’inventer des excuses pour rester à lamaison, juste parce qu’on a la flemme, n’est ni sain pour le corps ni bon pourle moral Vous comptiez sincèrement passez trois mois enfermée chez vous etcoupée du monde ? Hors de question. A la place, on se bouge les fesses, onenchaîne les sorties et on fait même du sport. Un seul mot d’ordre ici :s’amuser peu importe la météo, et continuer de sociabiliser (même avec un grosmanteau).

- Je n’oubliejamais de m’hydrater : sortir c’est bien, mais alors sans jamaisoublier de protéger ma peau. J’opte donc pour une crème de jour à hydratationoptimale qui sera ma meilleure alliée, bien au-delà du maquillage. Et avant dedormir, je renouvelle l’opération avec une crème de nuit. Impossible d’y coupersi je veux éviter de rougir et craqueler telle une vieille pomme fripée !

Et vous l’hiver, vous l’envisagez comment ?

 Réagissez
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
Commentez 0