Contribution de
SophieDuru
Psycho   sexo-psycho  

Comment j'ai cessé d'avoir peur dans la rue

Il y'a quelques années, sortir le soir était une torture, peur de me retrouver seule dans la rue, peur d'être agressée, peur du noir. Mais je vais mieux, un peu...

Comment j'ai cessé d'avoir peur dans la rue © SD
fezzrzr
Taille du texte : A A A
Imprimer
Réagissez
Je m'abonne

Je ne sais pas d'où me venait cette peur, bien installée en moi. Probablement un conditionnement depuis l'enfance. J'ai grandi dans un petit pavillon, proche d'une grande ville, et rentrer chez moi m'obligeait à beaucoup de marche. Même si la zone ne craignait pas particulièrement, mais parents étaient vraiment très flippés à l'idée que je rentre seule le soir ou la nuit. Ma mère surtout.

En ce temps je n'avais pas de portable, et chaque retour était une torture, peur de faire une mauvaise rencontre, peur que ma mère s'inquiète, peur de ne pouvoir contacter personne...

En grandissant, cette angoisse m'est restée, mais j'ai travaillé dessus. Voilà comment :

Jouer un rôle.
C'est une astuce qui m'a été donnée par une amie quand j'étais au lycée, c'est dire si ça date, mais j'y repense toujours. Jouer le rôle de la méchante. Plutôt que d'avoir peur de tomber sur une mauvaise personne, essayer plutôt de se mettre à la place de cette mauvaise personne. Se raconter un film dans lequel c'est moi qui chercher à sauter sur les gens. Je n'en ai évidement aucune envie, et jamais je ne ferai du mal à personne, mais s'imaginer une tronçonneuse à la main à la recherche d'une innocente victime, permet d'occuper l'espace dans sa petite tête, et ne plus se positionner en victime pendant son trajet. C'est du théâtre, mais ça marche.

Garder la tête haute.
Là aussi c'est une posture, mais ça joue. Si l'on prend une attitude de victime, apeurée, dans notre manière de nous tenir, alors on se met toute entière dans cette situation de précarité sécuritaire. Alors non, on lève le front, on se tient droite, et on avance d'un pas conquérant. Si notre corps n'a pas peur, alors la tête aura un peu moins peur.

Se concentrer sur ce qui nous entoure.
J'ai beau adorer écouter de la musique, quand je rentre tard le soir, je préfère entendre les bruits aux alentours, et écouter mes propres pas. C'est une manière de s'intégrer dans l'environnement, plutôt que d'avoir peur du dit environnement. S'il j'entends un bruit louche, je considère tout de suite que j'émets moi même des bruits louches, que tout ceci est un ensemble, et qu'il n'y a pas à avoir peur, j'entends tout, je contrôle.

Je ne focalise pas sur des détails.
Oui je suis en jupe, oui j'ai des talons, et alors ? Ca ne fait pas de moi une victime potentielle. Les études le prouvent, les agresseurs, et en particulier sexuels, ne portent aucune attention aux tenues portées. Inutile d'ajouter la culpabilisation à la peur, je m'habille comme je veux, et j'avance.

Et vous, vous pensez à quoi pour éviter d'avoir peur ?

 Réagissez
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
Commentez 0