Contribution de
HelloPuppy
Culture   Geekette  

Confession : je suis accro à Candy Crush

Je me suis fait prendre au piège de Candy Crush, l’application mobile la plus addictive du monde (pire que 2048) !

Confession : je suis accro à Candy Crush © Candy Crush
fezzrzr
Taille du texte : A A A
Imprimer
Réagissez
Je m'abonne

Depuis que je possède un iPhone, je télécharge des tas d’applications, parfois utiles, parfois non. Et dans le deuxième cas, j’ai eu le malheur de céder à l’appel d’iTunes qui me proposait de télécharger Candy Crush Saga, un jeu où le but est de faire des trios de bonbons et de réussir les missions proposées pour passer au niveau suivant.

Sauf que voilà, le jeu que je pensais être un passe-temps sympa à la pause café ou en attendant le bus s’est transformé en une véritable addiction !

Pourquoi ? Je me suis posée un moment et je me suis demandée ce que j’aimais dans Candy Crush.

1/ Un jeu simple. Candy Crush n’invente rien, il a repris les bases de jeu qui existe déjà depuis l’apparition des jeux vidéos : le casse-brique. Sauf qu’au lieu de l’avoir en noir et blanc, Candy Crush l’a transformé en un monde coloré et gourmand. Katy Perry et son California Gurls n’a qu’à bien se tenir !

2/ Des défis de plus en plus corsés. Plus on avance dans les niveaux, plus la mission s’avère difficile à relever, entre le chocolat, les bombes, les nappages et j’en passe.

3/ Les missions variées. Enfin variées, on oscille souvent entre les ingrédients à faire tomber, la gélatine à exploser, le contre la montre ou les bonbons de couleurs à collecter. Mais comme il y a toujours de nouveaux obstacles, je n’ai pas l’impression de faire les mêmes niveaux à chaque fois.

4/ La satisfaction de réussir les niveaux. Quand je réussis un défi, je suis toujours super contente et j’ai justement trop hâte de savoir ce que me réserve le prochain challenge. Surtout qu’on passe assez vite d’un niveau à un autre, ce qui renforce l’addiction.

Bon, c’est pas le tout d’écrire, mais j’ai mon niveau 375 à terminer. Vous en êtes au combien vous ?

 Réagissez
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
Commentez 0