Contribution de
Monessa
Ecrans   Culture  

Danse, nudité et féminisme

Le deuxième volet « A poil » de la série documentaire Let’s Dance diffusée sur Arte m’a interpellé.

Danse, nudité et féminisme © Cabaret Burlesque - Arte Creative
fezzrzr
Taille du texte : A A A
Imprimer
Réagissez
Je m'abonne

Notamment, le sujet de la nudité dans l’art enfin abordé sousl’angle de la revendication féministe, par les interventions d’effeuilleusesburlesques telles que Julie Atlas Muz, Dirty Martini ou Dita Van Teese.

Ces artistes expliquent parfaitement la dimension féministe dedévoiler son corps au public dans des numéros artistiques. Plus loin qu’un actede courage, c’est une revendication de la femme de faire ce qu’elle veut de soncorps. Et quel que soit ce corps.

Le corps ne doit pas forcément correspondre à une norme, comme dansles revues comme le Crazy Horse où les filles sont toutes identiques, bienfaîtes, selon les codes de la société.

L’effeuillage burlesque ouvre ses portes et les esprits pour que tousles corps y soient invités et bouscule les diktats de la mode et des tendances.Les corps aussi différents et imparfaits qu’ils soient y sont acceptés, mêmedans leur difformité. Julie Atlas Muz souligne que des artistes handicapésparticipent aux spectacles d’effeuillage pour prouver que tous les corps sontbeaux. Celle qui est mariée à l’acteur Mat Fraser, au casting de la nouvellesaison d’American Horror Story Freakshow et atteint de phocomélie (atrophie desmembres), prouve que le mouvement burlesque va au-delà des plumes et despaillettes, qu’il est un mouvement revendicatif à part entière et que la beautédes corps ne se limite pas à des mensurations et des pressions sociales.

Cabaret NewBurlesque, nées pour être nue par Arte Creative

Let’sdance ! 2/3 – A poil ! – Arte TV


 Réagissez
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
Commentez 0