Contribution de
Olivia_R
Lifestyle   Culture   Ecrans  

Disséquer Enemy : mission impossible ?

Vous en avez sûrement entendu parler. Sur grand écran depuis le 27 août dernier, Enemy, c’est le film WTF du moment, celui qu’on hésite encore à adorer ou détester.

Disséquer Enemy : mission impossible ? © Condor
fezzrzr
Taille du texte : A A A
Imprimer
Réagissez
Je m'abonne

Réalisé par le canadien Denis Villeneuve à qui l’on doit également Prisoners, le long-métrage produit l’effet d’une bombe dans les salles obscures.


Mais que raconte t-il ?

Le pitch est tout bête. Deux couples que tout oppose ; deux existences dans une ville fictive. Quand l’un des protagonistes s’aperçoit, intrigué, que l’autre est son sosie, il tente de prendre contact pour percer le mystère. Leurs vies s’entremêleront alors jusqu’à l’obsession. 

Ça sonne SF, thriller, drame… Et avouons-le, c’est tentant. Qui pourrait penser alors que le film, sur plusieurs niveaux de lecture, est en fait une machine à triturer les méninges, du genre à faire pâlir David Lynch ? Essayons plutôt de décortiquer l’ensemble.

 

Attention spoiler :

L’interprétation la plus plausible serait naturellement qu’il n’y ait pas de sosie mais bel et bien un seul personnage : le dénommé Adam, professeur d’histoire de son état. Obnubilé par d’anciens rêves de comédien et complexé, il se serait crée un personnage de fiction, son double charismatique, dans un grand élan schizophrène. Jusqu’à se trouver dans le déni de sa propre vie… et omettre, qu’en plus de sa maîtresse (Mélanie Laurent), il est marié.

 

Oui, mais… les araignées ?

« C’est quoi le délire avec les araignées ?» La fameuse phrase récurrente des spectateurs pourrait bien trouver sa solution dans la thématique de la maternité. Le design de l’araignée surplombant la ville notamment, n’est pas en effet sans rappeler une œuvre de Louise Bourgeois, connue sous le nom de Maman. Le film mêlant l’infidélité des deux héros masculins et la grossesse de l’épouse, on pourrait alors penser que la femme enceinte, se trouve en danger face aux écarts de conduite incessants de son mari. D’où cette image de fin, tellement improbable que drôle, qui serait une réaction de défense de la part d’une future mère, tout simplement.

 

Au-delà, l’image maternelle est récurrente : le film commence par un message vocal de la mère d’Adam et se termine par un appel à passer à cette dernière. La boucle est bouclée et c’est bien la mère délaissée, à tous niveaux, qui se trouve en danger, de par le comportement inquiétant du héros. Un héros qui, quant à lui, serait avant tout son propre ennemi (oh tiens, le titre !).

 

Pour le reste, on vous laissera vous faire votre propre idée et cogiter encore longtemps parce que naturellement, l’interprétation fournie ici n’en est qu’une parmi beaucoup. Une chose est sûre : Enemy laisse perplexe et titille notre curiosité. Qu’est-ce qu’on ne ferait pas, au fond, pour les beaux yeux de Jake Gyllenhaal ! 


 Réagissez
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
Commentez 0