Contribution de
Léonie_D
sexo-psycho   Mince Alors !  

Facebook, ça m’énerve !

Parce que les réseaux sociaux sont capables du meilleur comme du pire, autant annoncer la couleur d’emblée : je n’en peux plus de Facebook.

Facebook, ça m’énerve !
fezzrzr
Taille du texte : A A A
Imprimer
Réagissez
Je m'abonne

Et oui, ce réseau social initialement prévu pour garder uncontact poli (voire pro, laissez-moi rire) avec d’anciens amis et connaissancesest en train de me rendre chèvre malgré moi. Je sature du langage SMS de mapetite cousine en mode duckface, despropos FN du grand-oncle, de l’étalage de statuts « Coucou, j’ai mangé unepomme » de mes anciens camarades d’école primaire, des invitations intempestivesà jouer à Farmville-héros-crush, et accessoirement des demandes d’ajout de mesex. Mais j’ai finalement remarqué que toutes ces choses (vraiment très)agaçantes n’étaient presque rien en comparaison de cela :

Les gens qui vontbien :
Entendons-nous : je n’ai rien contre le bonheur, bienau contraire. Mais je trouve la discrétion fort agréable également. Parce quevoilà : c’est super chouette d’avoir appris une bonne nouvelle, un voyagequi s’organise ou un nouveau mec. Je me demande juste s’il est nécessaire detout partager systématiquement, tout de suite et tout le temps…

Exemples :
« Maman, je ne t’ai jamais dit à quel point jet’aimais. Tu es ma confidente, ma meilleure amie. Tu illumines ma vie. »
« Choubidou d’amour et moi avons fait un shooting en couple : en voici les250 photos. »
« Trop bien ce week end avec toi. L’amitié, c’estau-delà des mecs, je t’adore ! »
« Déjà 3 semaines avec Kévin, on emménage ensemble. Quivient à notre pendaison de crémaillère ? »

Oui, j’oubliais : les gens qui « vont bien »sur Facebook sont forcément cul-cul. Et surtout, ça donne cette impression de « Regardezcomme je suis heureuse, regardez comme je fais plein de trucs » au lieu devraiment profiter des trucs en question. C’est une certaine idée del’auto-persuasion et du monde du paraître qui me navre un peu car devinez quoi ?C’est chouette d’avoir une vie qui soit « privée ».

Les gens qui vont mal :
On critique les gens qui vont bien mais ceuxqui nous sapent le moral, on en parle ? Ceux-ci, je les ai répertoriés enplusieurs catégories :

Les petits soucis du quotidien qu’on n’a pas du toutenvie de savoir :
« Mon pauvre chéri d’amour a une gastro. Il se vide. Jevais devoir lui acheter de l’imodium ».
Euh NON. Juste NON.

Le problème du statut de « couple » :
Machine est passée de « en couple » à « célibataire ».Soyez certaine que tous les statuts suivants de machine seront larmoyants. Etétrangement, la personne qui étale ainsi sa vie privée fera immédiatementpartie des « gens qui vont bien » sitôt un Jules retrouvé avec qui seremettre «en couple » sur Facebook. Et puis elle cassera à nouveau. Etainsi de suite.

La question de la photo de profil :
Paradoxal mais vrai ! Les gens qui vont mal et arborentdes statuts dans ce sens ont souvent une photo de profil hyper joyeuse et très régulièrementrenouvelée. Genre ils croquent la vie à pleines dents, ils vont à des soiréesbranchées… mais c’est fou ce qu’ils dépriment en même temps.

Les filles à citations bidons :
« Le souvenir est une fleur au parfum discret quechaque jour j’arrose avec les larmes du regret ».
Mais grandis à la fin, tu n’as plus 15 ans !

Le glauque :
Celles qui t’annoncent maladies graves et décès par Facebooket sur le fil public, limite avec légèreté. Tellement inapproprié.

Les femmes enceinteset jeunes mamans qui se lâchent un peu trop

On aime ou on n’aime pas mais la plupart du temps, lesmamans c’est mignon. Sauf peut-être quelques légères digressions. Outre les 300photos de l’enfant postées en une seule journée, comment leur dire que non, jen’ai ni envie de connaître tous les détails de leur épisiotomie, ni combien defois bébé a fait sur le pot. Et pas trop non plus constater leurs vergetures detrès près. Juste pour préserver la dignité.

Les gens qui prennentle mur public pour un fil de conversation privée
Exemples :
« Coucou ma belle. On se voit toujours samedi à 20hchez Isabelle ? »
« Hey mon cœur, tu n’oublieras pas de ramener le paince soir, je vais rentrer tard. »
Et sinon, les sms, les mails, les MP, le téléphone, vousconnaissez ?


Les chaînes que si tune les fais pas suivre, on t’engueule
On nous a toutes reproché de ne pas faire suivre une chaînebien stupide parce que « seules les vraies amies comprennent et fontsuivre à leur tour sur leur mur ». Je dois alors être la plus nulle detoutes les amies mais je reste persuadée que noter la couleur de mon soutif surFacebook ne guérira pas les femmes du cancer du sein et énoncer une phrase quine veut rien dire ne changera pas la face du monde non plus. A part peut-êtreme rendre bien ridicule.

Les haters très très en colère (mais tu nesais pas pourquoi)
Ceux-là, ce sont mes préférés. Facebook est le lieu pourévacuer la rage, l’amertume, la pression. Alors ils le font, etcopieusement ! En fonction de leurs croyances, leurs idées politiques, leursidées générales sur la vie (souvent étriquées d’ailleurs), tout le monde enprend pour son grade sans même n’avoir rien dit. Et avec un peu de chance, ilspeuvent même te pourrir ton statut/ta photo à grands coups de commentairesrageux parce qu’ils sont dans un mauvais jour. Comme sur un forum quoi !

Et vous, des anecdotes FB à partager, qu’on s’amuse un peu ?

 Réagissez
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
Commentez 0