Contribution de
Livy-Etoile
Culture  

Hokusai au Grand Palais, c’était magique !

Puisque que le Grand Palais propose une rétrospective Hokusai jusqu’au 18 janvier prochain, je ne pouvais manquer d’y faire une petite visite. Retour sur une exposition qui m’a faite forte impression.

Hokusai au Grand Palais, c’était magique ! © Grand Palais ©
fezzrzr
Taille du texte : A A A
Imprimer
Réagissez
Je m'abonne

Le nom Hokusai vous sera sans doute familier. Et pourcause ! L’artiste-peintre japonais, est encensé dans le monde entier, enraison notamment de son œuvre « La grande vague de Kanagawa » quiconnaît aujourd’hui un tel succès que les produits dérivés affleurent departout. Pourtant, le travail d’Hokusai ne s’arrête pas là : plus complexe,plus étoffé, il dévoile une personnalité à facettes, des influences multipleset plusieurs « périodes » marquantes. C’est précisément ce que leGrand Palais a voulu montrer par le biais de cette exposition, somme toute,assez inédite.

En effet, pouvoir contempler autant d’œuvres d’Hokusai(environ 500) en un seul et même lieu est un événement rare, les travaux del’artiste ne quittant pas le Japon la plupart du temps. Un petit privilège qui,rien qu’à lui seul, se laisse apprécier, dans les lumières très feutrées quenous offre cette rétrospective.

Exposée sur deux étages, l’exposition n’ennuie jamais :bien au contraire, elle est plurielle. Elle aborde ainsi les techniques desestampes traditionnelles, s’en va explorer l’univers de la bande-dessinée (lesmangas, plus précisément), permet de découvrir de nombreux exercices illustrés(jeux de cartes, etc.) et traite d’études variées où le visiteur peut observerà volonté les cahiers d’essais du peintre. Le tout dans une parfaite cohérence,qui suit la vie, et donc le cheminement artistique et spirituel, d’Hokusai.

J’ai, de fait, beaucoup apprécié la visite, car j’y aiappris bien plus que je n’imaginais. Si je m’attendais en effet aux exercicespréparatoires et aux estampes dans la plus pure tradition japonaise (un bonheurà voir et revoir), j’avais sans doute omis un point important : Hokusaiest drôle et poétique. Ses dessins témoignent d’une grande expressivité, sescaricatures sont touchantes et ses scénettes pleine de vie. Fortement influencépar l’occident, il laisse parler le Japon mais en lui insufflant une tonalitésupplémentaire, symbolique d’un imaginaire abondant et d’une grande volonté dediversité au sein de son art.

Naturellement, la série très connue des « trente-sixvues du mont Fuji » est l’un des moments-clés de l’exposition car, endépit de la foule qui s’agglutine devant les ouvrages, elle parvient à gardertout son aspect solennel (et émotionnel aussi, quand on est une petite chosefragile comme moi). Mon coup de cœur toutefois s’en ira vers ses illustrationsde dragons que j’ai trouvé à la fois réalisées à la perfection et jolimentmélancoliques.

Je ne pourrais que vous conseiller d’aller à votre tour yjeter un œil. Il se trouve que la rétrospective Hokusai, passablement complète,prône l’esthétique, l’humour et la spiritualité : un audacieux mélange, àvrai dire, qui parvient à doser intelligemment œuvres et explications. Pour lesplus techniques d’entre vous, une vidéo explicative entre les deuxvolets de l’exposition devraient vous ravir. Quant à celles qui recherchent leludique, ne manquez pas l’animation de petits personnages dessinés, au premierétage !

Pas encore tout à fait convaincue ? Les informationspratiques devraient aider :
http://www.grandpalais.fr/fr/evenement/hokusai

 Réagissez
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
Commentez 0