Contribution de
charlotte_gutton
Culture   Evasion  

Île Maurice : épicé salé

Quand on vous dit "île Maurice", vous pensez inévitablement à ses plages, ses hôtels de luxe... Mais Maurice, c'est aussi un concentré de recettes créoles que l'on peut aborder en découvrant ses épices et ses mets sur le marché central de Port-Louis. Direction la capitale pour un dépaysement garanti !

Île Maurice : épicé salé
fezzrzr
Taille du texte : A A A
Imprimer
Réagissez
Je m'abonne

Après une année sans vacances, peut-on rêver mieux que l'île Maurice ?

Flâner dans le dédale des ruelles du marché central à Port-Louis, lézarder au soleil sur ces longues plages de sable blanc ? Oui mais voila, c'est la fin de l'hiver ici. Alors au lieu de percer les secrets d'un ciel plutôt gris, je décide avec mon cher et tendre de partir à l'assaut de LA VILLE. Port-Louis.

Hop, c'est décidé, on monte dans un taxi et file sur la côte nord-ouest, le long des montagnes. Bien entendu, je fais valoir mes droits de femme : lécher les vitrines. Mais pas question pour autant de se traîner dans la galerie commerciale américaine du Caudan.

Alors pourquoi ne pas s'immerger totalement dans la foule mauricienne ?

Direction le marché central. Traditionnel, typique. Et populaire.

Bienvenue au souk ! On flâne dans le dédale de ses allées étroites, labyrinthiques. Un brin forain, souvent bondées. On frôle les vendeurs, renifle les odeurs de poissons ou de safran. Des "Ayo ki manyer ? Ki position ?" (Salut comment ça va ?) fusent ça et là. Une vie animée, criante, fourmillante. Les serveurs de boissons, d'alouda (boisson fraîche à base de lait, basilic et vanille), de thé et autres merveilles, hurlent pour attirer le badaud. Je me laisse tenter par un lait caillé glacé aromatisé à la menthe et une boisson à base de canne à sucre. Effet tropical garanti. Un artisan, moitié gredin, moitié filou, me tire par la manche, sans trop insister. On a vite fait de se faire alpaguer : "Alors les amoureux, en voyage de noces ?" lance un marchand ambulant. Et de nous refourguer à son compère un peu plus loin. Sur son étal, le parfum acidulé de la citronnelle se mêle à celui épicé de la feuille de coriandre, du caripoulé (laurier local) et du gingembre. Dénoués, les sacs d'épices se dévoilent, lumineux et odorants : piment, curry, cumin, cardamome, curcuma... On croit faire une affaire en achetant quelques épices et 4 gousses de vanille pour 1 000 roupies (40 euros). Soit le double de notre aller/retour en taxi de Tamarin, à une heure de là ! Et pourtant on avait négocié becs et ongles en faisant baisser le prix de départ de plus de la moitié !

Pauv'touristes que nous sommes !

Mais c'est promis, on ne nous y prendra plus...

 Réagissez
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
Commentez 0

Les derniers commentaires

  • Hello ! Wahouu ! c'est vrai que ça en jette vraiment, je me suis éclatée à créer la maison de mes rêves ! Juste un petit bémol...

    posté par Gagarine 16 mars 2016 - 09h57

    Logiciel d'aménagement

  • Mes yeux aiment et se reposent devans Kev Adams

    posté par Mathilda 12 mars 2016 - 22h45

    Kev Adams en fait-il trop ?

  • et surtout mettre les mains derrieres la tete ... ca peut faire croire aux gens qu'il faut pousser sa tete avec les mains ....

    posté par Anonyme 10 mars 2016 - 13h10

    Activité physique à pratiquer au quotidien

  • Bonjour je suis une élève en terminale ES et je souhaiterais travailler dans un magazine dans le futur ou bien même créer le...

    posté par JaceWinchester 07 mars 2016 - 20h38

    Dans les coulisses d'un magazine féminin

Elle adore Twitter



Elle adore Facebook