Contribution de
OrangeSympathique
Lifestyle   Culture  

J'ai choisi de vivre sans permis

« Quoi, tu n’as pas ton permis ? », depuis que je suis adulte, c’est la phrase que j’ai le plus entendu.

J'ai choisi de vivre sans permis © DR
fezzrzr
Taille du texte : A A A
Imprimer
Réagissez
Je m'abonne

Esclaves de leurs automobiles, certaines conducteurs deviennent parfois étriqués du cerveau et n’acceptent pas qu’on puisse faire le choix de se déplacer autrement. J’aimerais de temps en temps leur rappeler qu’on peut être heureux sans être au volant d’une tonne de métal motorisée.

Aujourd’hui, j’ai envie de partager avec vous mon expérience, j’ai conscience que ces choix sont personnels et que ma situation géographique m’aide pas mal.

Je suis née et j’ai grandi en banlieue parisienne. Mes parents ayant toujours pris le parti de vivre dans des villes de tailles conséquentes, j’ai eu à disposition des gares RER pour satisfaire tous mes besoins d’évasion. Évidemment, ces derniers ont été conditionnés par les lignes de chemins de fer mais je ne me suis jamais sentie prisonnière. Les mois et les années sont passés, et aujourd’hui à 32 ans, je n’ai jamais un BESOIN d’une voiture. Impatiente, même pour mes vacances, j’ai toujours préféré de jouer la carte TGV plutôt que des 6 heures coincée dans une voiture. 

Évidemment, je n’ai pas cette spontanéité des grands déplacements, quand je veux aller loin, je suis tenue de faire don de mon corps à la SNCF ou à Air France. J’admets aisément que mes compagnons de voyage sont parfois pénibles mais je ne ressens toujours pas le besoin ni la nécessité de franchir le pas. 

Vélo et Pass Navigo, je nourris mon esprit écologique avec ces gestes qui me semblent meilleurs pour notre société. A la fois sportive et sympa pour la nature, ma petite personne a développé un rejet complet de la voiture d’où ma non-motivation même à passer mon permis. 

Je repense également au prix du permis en lui même, le prix de la voiture, le prix de l’assurance, le prix de l’essence, etc… Je convertis le tout en paires de chaussures et mon choix est rapidement fait, AVEZ VOUS VU CETTE PETITE PAIRE D’ESCARPINS QUI CRIE MON NOM ?      

Désormais, le plus pénible dans le fait de ne pas avoir mon permis est mon entourage qui n’a de cesse de me poser cette maudite question ! Cette marque de fabrique me jouera certainement des tours mais je me sens libre malgré tout. Mais vous, avez vous tous votre permis ? 


 Réagissez
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
Commentez 0