Contribution de
nina_frenna
Culture   Livres  

La couronne verte, de Laura Kasischke

Trois ados américaines sages et propres sur elles partent pour la première fois seules en vacances au Mexique. Mais très vite, adieu les conseils de maman !

La couronne verte, de Laura Kasischke
fezzrzr
Taille du texte : A A A
Imprimer
Réagissez
Je m'abonne

 

La couronne verteDe Laura KasischkeEditions Christian Bourgois22€

La phrase culte :

"Mon père est un spermatozoïde. Ma mère l'a choisi parce qu'il avait les yeux verts et qu'il était violoncelliste. Il lui a coûté mille dollars, elle a fait une bonne affaire, non ?"

 

 

Pour qui :

Ma copine Zoé, une âme d'enfant, fan de poésie et de légendes anciennes.

Le pitch :

Trois ados américaines sages et propres sur elles partent pour la première fois seules en vacances au Mexique. Mais très vite, adieu les conseils de maman ! Entre la visite à l'aube d'une pyramide maya avec un homme qui pourrait être leur père et la drague mielleuse de trois potes trop gentils pour être honnêtes, elles vont bien évidemment se jeter toute crues dans la gueule du loup...

Le petit mot de l'auteur :

"Pour écrire cette histoire, je me suis inspirée de mes propres vacances de printemps aux Bahamas. Un de mes amis n'est pas rentré avec nous aux Etats-Unis. Heureusement, les conséquences ne furent pas aussi tragiques que dans mon livre. Mais ce souvenir est resté assez vif dans ma mémoire pour me rappeler le danger et la décadence de ce type de ces vacances typiquement américaines."

Pourquoi on adore :

Laura Kasischke a été ado et s'en souvient. Ultra-douée pour décrire les sentiments qu'on éprouve à cet âge-là, elle a fait de l'adolescence la clé de voûte de tous ses romans et celui-ci n'échappe pas à la règle. Tout y est : les rapports d'amitié/jalousie avec les copines, l'envie d'aller vers l'inconnu tant récrié par nos mères, la recherche d'un homme idéal et parfois d'un père. Pas de mystère, dès le début on sait qu'une catastrophe va se passer et comment elle va arriver. Kasischke ne fait pas dans le policier. Mais tout en nuances, elle décrit les faiblesses et les peurs de trois jeunes filles qui nous rappellent forcément quelqu'un : nous.

 Réagissez
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
Commentez 0