Contribution de
Monessa
sexo-psycho   Maman  

La pré adolescence, une étape vers la maturité

Quand on parle de pré ado, souvent, on parle des problèmes liés à ce phénomène hormonal. Mais si on se penchait également sur les bons côtés ?

La pré adolescence, une étape vers la maturité
fezzrzr
Taille du texte : A A A
Imprimer
Réagissez
Je m'abonne

J’entendssouvent les parents autour de moi se plaindre de leur préado. Ils commencent àrépondre, à ne vouloir en faire qu’à sa tête, se retranche seul dans sachambre, etc… Oui, le préadolescent s’affirme et moi, je trouve que ce n’estpas plus mal.

Mafille aînée a 11 ans et effectivement, outre ses petites sautes d’humeur detemps en temps qui la pousse à nous parler un peu sèchement ou sur un ton peuapproprié, je trouve que ce début d’affirmation de soi est parfaitementagréable.

Elles’intéresse de plus en plus à des sujets de société, nous pouvons donc avoir devéritables discussions ou des débats avec elle, ses conversations sontintéressantes même si elle reste fan de Violetta. Elle s’interroge égalementsur les changements physiologiques de son corps et nous prenons également letemps d’en parler afin de dédramatiser. Je la prépare à ses futures règles, jel’informe sur ce dont elle va avoir besoin, j’écoute ses douleurs à la poitrineet je lui explique que tout est normal et que sa croissance suit son cours.

Acôté de cela, il y a également l’autonomie qu’elle acquiert. Depuis son entréeau collège, elle se déplace seule, à pied ou en vélo, pour se rendre en cours.Elle récupère parfois sa sœur à l’école et la ramène à la maison. En fonctionde ses notes et de son comportement, je lui accorde un cinéma ou une heure aucentre commercial avec ses copines (à 5 min de la maison tout de même).
Le fait de grandir implique pour elle de prendre des responsabilités,responsabilités qui lui permettent d’acquérir des libertés. Et en trouvantl’équilibre, je vois ma fille s’épanouir, sans grandir trop vite.

Jepense qu’il faut arrêter de stigmatiser cette préadolescence qui angoisse peutêtre plus les parents que les enfants. Et ce qui permettrait à nos futursadolescents d’appréhender plus sereinement cette étape importante de leur vie.


 Réagissez
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
Commentez 0