Contribution de
SleepingMummy
sexo-psycho   Ma famille  

La pression du 3ème


Je ne sais pas pourquoi, mais parce que j’ai deux filles, on me met sans arrêt la pression pour que je fasse un garçon.

La pression du 3ème
fezzrzr
Taille du texte : A A A
Imprimer
Réagissez
Je m'abonne

Jene comprends pas ce besoin qu’ont les gensde me dire systématiquement qu’ilfaut que je tente de faire un troisième enfant pour avoir un garçon. Non merci.Mes deux filles sont parfaites, je n’ai pas envie d’un troisième enfant. J’auraiseu un garçon et une fille, ça serait pareil. Je n’ai pas envie d’un « petit »troisième. Et non, le fait de ne pas avoir de garçon ne me gène pas. Ne passavoir ce que ça fait d’élever un petit gars ne me manque pas. Et non, on s’entape royalement de la descendance du nom.

Quelest donc cette nécessité d’avoir absolument un garçon quand on a eu des filles ?Est-ce que les parents n’ayant eu que des garçons reçoivent les mêmes pressionspour qu’ils fassent une fille ? Ou est-ce seulement parce que nous sommestoujours dans une société où les garçons sont plus importants que les filles dansla filiation ? Ou est-ce simplement que les gens pensent qu’il faut avoirélevé les deux sexes pour avoir réussi sa vie parentale ?Jene comprends décidément pas cette pression sociale. Même mon médecin me demandequand je vais la voir si je compte faire le petit troisième !

Mafamille est parfaitement équilibrée. Mes deux filles n’ont pas envie d’un petitfrère (ou d’une petite sœur hein, parce qu’il y a quand même une chance surdeux qu’on refasse une fille), mon mari est parfaitement heureux au milieu deson harem de femmes et moi, je n’ai pas envie d’avoir à me relever les nuitsquand je commence tout juste à refaire des grasses mat’. Donc le troisième, nonmerci !


 Réagissez
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
Commentez 0