Contribution de
mayrandlise
Culture  

Le 9ème art se la joue contemporain à la Maison rouge !

Du 28 mai au 27 septembre, la fondation Antoine de Galbert réunit BD et art contemporain à l'occasion de l'exposition intitulée VRAOUM ! Petite plongée au cœur de la bulle bédéphile...

Le 9ème art se la joue contemporain à la Maison rouge ! © Gilles BArbier
fezzrzr
Taille du texte : A A A
Imprimer
Réagissez
Je m'abonne

Tarzan "The Cave" - Edgar Rice Burroughs, Inc, 1945, encre de Chine sur papier

Ridicularis (2008) - ed.1/3 de Hyungkoo Lee

Batman - Marc Domage : Vue de l'exposition Vraoum à la Maison rouge

Tout ce qu'il faut savoir pour profiter de l'expo :

- A moins d'être connaisseuse, profitez de la visite guidée. Sinon, vous risquez d'être un peu perdue car le parcours est long et les œuvres nombreuses (280 au minimum). Quand ? Le samedi et le dimanche à 16 h et c'est gratuit.- Si vous y allez avec les enfants : sachez qu'une toute petite partie de l'exposition, installée en sous-sol et appelée "Les enfers", est consacrée aux œuvres érotiques censurées. Après, c'est vous qui voyez...

Si vous avez déjà essayé de parler avec un "geek", d'apprendre le mandarin ou de prendre votre première leçon de conduite sur un parking désert, vous savez ce que j'ai ressenti à mon entrée dans la Maison rouge. Une perte totale de repères. Autour de moi 200 planches originales de BD, la plupart en noir et blanc, qui me font l'effet d'un monde grouillant de héros connus (Quick & Fluke, Tintin, Lucky Luke et les Dalton, Sangoku, Popeye, Donald, Mickey...) ou oubliés dans les cases.Cette expo aurait pu paraître ultra-classique, si les artistes contemporains n'y avaient pas mis leur grain de sel pour briser les icônes du 9ème art avec humour et délectation.

Tiens, parlons de Mickey !

Habituellement, pas de sexe ni trop de sang chez Walt Disney. Tout y est beau. On n'a jamais vu la Belle au Bois Dormant (à tort, peut-être) arracher les vêtements de son Prince ou Minnie trucider Daisy. Ici, les artistes se lâchent et cassent le merveilleux. Mickey, se voit greffé sur le nez l'entrée d'un vagin par l'artiste Keith Haring. Pendant que le squelette très réaliste de Dingo s'affiche toutes côtes dehors.

L'Hospice, 2002 de Gilles Barbier - Collection privée, courtesy GP & N Vallois, Paris

Sur le mur d'en face, un tableau remake de "La mort de Sardanapale" de Delacroix avec dans le rôle du roi sur le point de mourir : Donald ! Et pas de chance pour le vilain canard ! Wim Delvoye, artiste tatoueur, le crucifie non loin de là sur une peau de cochon.

 

Les super-héros en prennent également pour leur grade !

Ils doivent aussi affronter l'usure du temps... Ainsi, le Batman de Sophie Barré devient un Fatman, alourdi par l'ingestion probable de "junk food" qui a eu raison de ses abdominaux. Ce qui ne l'empêche pas de s'envoler malgré sa bedaine bien visible.

De son côté, Gilles Barbier imagine Superman, Wonderwoman, Hulk et les autres, munis de perfusions, brancards et déambulateurs attendant que la mort vienne les prendre dans un hospice destinés aux super-héros à la retraite. Au final, du tradi, du décalage, moi j'adhère !

Infos pratiques :- VRAOUM ! du 28 mai au 27 septembre 2009 à la Maison rouge, 10 bd de la Bastille, Paris 12ème, www.lamaisonrouge.org

 Réagissez
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
Commentez 0