Contribution de
Marinetttte
Lifestyle   Culture  

Lettre ouverte à toi le chasseur

Quelques petits mots pour toi chasseur.

Lettre ouverte à toi le chasseur © DR
fezzrzr
Taille du texte : A A A
Imprimer
Réagissez
Je m'abonne

Cher petit chasseur, 

Ça y est, c’est le moment, le grand retour de la chasse. C’est un peu ton Noël à toi mais pour le coup on ne va pas célébrer une naissance. 

La fleur au fusil, tu es prêt. Pendant un an, tu as pris soin de tes vêtements kakis, pour bien te fondre dans la nature, il ne faudrait pas qu’un lapin de 6 semaines échappe à ta fougue. 

Je pourrais t’écrire cette lettre telle une petite comptine à base de Maman, Papa et Bébé Lapin, mais je crains que la sensibilité de cette famille à grandes oreilles ne te parle pas sauf si la morale se termine avec une sauce moutarde. 

Je sais que nous avons tous des passions. C’est plutôt positif, n’être enthousiasmé par rien du tout est un peu une petite mort (oups…) Mais je me pose une question, tu ressens quoi quand tu gagnes ? Un joueur de tennis tire des balles aussi tu sais, mais bon, on ne déplore que très peu de décès après 5 sets. 

On me dit que c’est culturel, alors pourquoi ton activité est rattachée à celui de l’agriculture et pas à celui de la Culture. Tu sais, je comprends, avant on chassait pour se nourrir mais là ? On chasse pour quoi ? A la fin d’une journée de chasse, il y a un combat de celui qui a la plus grosse biche ? Je reste perplexe. 

Tout cela me rappelle quand j’étais enfant. Mes parents, ma soeur et moi avions une grande maison avec un très grand terrain. Durant toute la saison de la chasse, j’avais interdiction d’aller jouer sur la partie arrière du jardin. Pourquoi ? Parce que je risquais de me prendre un tir. Ça craint un peu quand tu décides de partir vivre à la campagne pour être au calme et en sécurité. 

Tu peux me traiter de sotte, tu peux me dire « mais toi tu manges bien de la viande », « tu portes des babies en cuir », tu aurais tellement raison. Mais là, petit chasseur, je voudrais comprendre quelle est ta démarche quand tu pars le dimanche matin avec ton fusil. Qu’est ce que tu essaies de transmettre à ton fils quand tu veux luis transmettre cette « passion » ? Je ne comprends simplement pas.

Mon petit chasseur, j’attends avec impatience ta réponse, je ne voudrais pas que mon courrier reste lettre morte.


 Réagissez
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
Commentez 0