Contribution de
Parce_que_Plume
Culture  

Love Niki

Niki de Saint Phalle aurait pu être une terroriste, elle le disait elle-même. Mais elle s'est servie des ses fusils pour servir l'art et la liberté d'expression. Un pied-de-nez à l'actualité

Love Niki © © Peter Whitehead
fezzrzr
Taille du texte : A A A
Imprimer
Réagissez
Je m'abonne

De Niki de Saint Phalle, on connaît surtout les Nanas, ces femmes géantes, avec de vraies formes, colorées. Mais Niki de Saint Phalle, c'est également des œuvres dérangeantes, bouleversantes. Je l'ai découverte à l'âge de 10 ans et j'ai pour ainsi dire été traumatisée (oui oui vraiment). Mais 15 ans plus tard, avec un regard différent, j'avoue avoir adoré l'exposition qui lui est consacrée au Grand Palais. Et finalement mon traumatisme n'est plus qu'un lointain souvenir.

Retraçant les différentes périodes de son oeuvre, témoignages d'une autre époque, on découvre Niki au-delà des Nanas. Féministe et engagée, elle plaçait cependant la maternité au centre de son travail. Alors certes aujourd'hui, ça peut sembler un peu dépassé (voire carrément obsolète comme concept) mais parce qu'elle a, je pense, contribué à faire évoluer les choses, notamment en ce qui concerne les conditions de la femme, l'exposition lui rend un hommage magnifique. A voir et à revoir. Mais vite, l'expo se termine le 2 février...

Bon, par contre, autant vous prévenir, certaines œuvres sont un poil déroutantes, et sont susceptibles de vous mettre un peu mal à l'aise. Mais malgré tout, l'exposition vaut vraiment le détour. Parole de scout !

 Réagissez
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
Commentez 0