Contribution de
laura75
sexo-psycho  

Mon enquête sur le mystère de l'ordonnance

"Mais comment je suis supposée me soigner avec du 'gdefvcxauaje' ?", se demande la patiente angoissée devant l'écriture de cochon sur son ordonnance... Le pharmacien, lui, court chercher la prescription. C'est sûr, il y a un mystère.

Mon enquête sur le mystère de l'ordonnance
fezzrzr
Taille du texte : A A A
Imprimer
Réagissez
Je m'abonne

elleadore.com a donc mené l'enquête. Résultat des interrogatoires.

Témoin numéro 1 : le médecin

Pour sa défense, le principal accusé, le Dr Baumann, généraliste à Paris, plaide coupable : "c'est vrai, parfois les pharmaciens s'y mettent à 2 ou 3 pour nous relire et finissent par nous appeler pour avoir le fin mot."

Mais avec des circonstances atténuantes : "Si notre écriture est souvent illisible c'est tout simplement parce qu'on écrit très vite. On est des gens pressés !".

Repenti, le Dr. Baumann a pris devant témoins une bonne résolution pour éviter des erreurs potentiellement gênantes : "Désormais, sur mes ordonnances, j'écris le nom des médicaments en majuscule". On respire...

Témoin numéro 2 : la graphologue

Cité à comparaître en tant qu'expert, la graphologue Corinne Brouet corrobore la version du médecin : "C'est vrai que cette écriture qui s'étale et tend vers le filiforme est due à la rapidité. Il faut dire que la fac de médecine les a entraînés à prendre des notes à toute vitesse !".

Et Freud dans tout ça ? Mme Brouet avance aussi une explication plus psychanalytique : "Leur écriture est presque agressive, avec beaucoup d'angles, ça doit être une manière de sublimer la dureté de leur métier."

Il ne se cacherait pas aussi là-dessous une volonté de communiquer entre professionnels, sans mettre le peuple dans le secret ?

Non, assure-t-elle, "On n'est plus au temps de Molière, ils ne le font pas exprès.". C'est déjà ça...

Témoin numéro 3 : la pharmacienne

Principale complice dans l'affaire, Mme Derouet, pharmacienne en Mayenne, nous dit pourquoi elle ne se rebelle pas : "C'est une question d'habitude, à force on connaît les médecins prescripteur, on s'habitue à leur écriture."Son truc ? "Je demande au patient de me dire de quoi il souffre et j'essaye de deviner quel médicament approprié peut bien se cacher derrière le gribouillis. Ca réduit les pistes... "

Mais elle garde espoir pour l'avenir :

"De plus en plus de médecins tapent leurs ordonnances à l'ordinateur et ça nous change la vie"

Une mini-révolution ?

 Réagissez
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
Commentez 0