Contribution de
Laetitia_Rbl
Ma ville préférée   Culture  

Mon histoire d'amour avec Londres

Mon amour pour la capitale du Royaume-Uni, je vous en ai déjà souvent parlé ici. Mais pour le concours ElleAdore, j'ai eu envie de vous raconter les origines de cet amour qui dure depuis toujours (ou presque).

Mon histoire d'amour avec Londres © LR
fezzrzr
Taille du texte : A A A
Imprimer
Réagissez
Je m'abonne

Londres, Londres, Londres. Rien que le nom de cette ville me donne des envies de sauter dans le premier Eurostar pour aller faire une balade le long de la tamise ! Aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours été passionnée par cette ville. Petite déjà, je collectionnais les livres qui la présentaient, je ne jurais que par ses bus rouges et ses soldats.

Du coup, l'année de mes 14 ans, mon père m'a offert mon premier week-end là-bas. Je me souviens d'avoir dévoré le Guide du Routard dans le train, d'avoir ouvert de grands yeux en arrivant à la gare, d'avoir trépigné à l'idée de monter dans le premier bus - en haut, à l'avant, j'y tenais et j'y tiens encore.

Maintenant que j'y repense, on s'est retrouvé dans un hôtel tout pourri, dont la fenêtre ne fermait pas vraiment. Mais, coup de bol, on a aussi eu le plus beau temps du monde, et en 48h, on en a fait des balades. Le métro en long en large, les quais de la tamise, les bus au hasard, les musées, les rues, les quartiers touristiques ou non...

J'en suis revenue des étoiles plein les yeux, le coeur débordant d'amour. Et depuis, j'y retourne à chaque fois que je le peux. Je commence à y avoir mes petites habitudes, à me retrouver sans l'aide de plan, à avoir mon bar ou mon resto de prédilection, des balades que je fais à tous les coups...

Mais surtout, j'aime m'y perdre. Me balader, le nez en l'air dans les quartiers, faire du shopping, écouter l'accent british, me poser pour boire un thé...

Londres, c'est la ville où j'aimerais vivre, un jour. Y élever mes enfants pour en faire de parfaits petits bilingues. En attendant, je me contente de weekends réguliers, et je pense sincèrement que je ne m'en passerai jamais.

 Réagissez
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
Commentez 0