Contribution de
Livy-Etoile
Culture   Lifestyle  

Nelson, la pièce de théâtre avec un lapin dedans

Retour sur la pièce de théâtre « Nelson » au théâtre de la Porte St-Martin.

Nelson, la pièce de théâtre avec un lapin dedans © Théâtre de la Porte St-Martin
fezzrzr
Taille du texte : A A A
Imprimer
Réagissez
Je m'abonne

Une pièce de théâtre dont l’affiche comporte unlapin nain… Décidément, les raisons qui me poussent à effectuer telle outelle sortie parisienne sont parfois bien étranges. Et pourtant ! Avec mapassion pour ces petits animaux, il n’en fallait pas d’avantage pour que jefile assister à une représentation de Nelson, la pièce comique du momentavec Chantal Ladesou.

Mais Nelson, ça parlede quoi ?
« D'un côté, une famille bourgeoise, menéepar une mère avocate passionnée par l'argent, la gloire, et la fourrure. De l'autre, une famille modèle, 100% écolovégétalienne passionnée par les missions humanitaires de toutes sortes et ladéfense des petits animaux. »

Et alors ?
Alorsc’est chouette sans être formidable. Dotée de décors grandiloquents quifavorisent une ambiance suffisamment peu réaliste pour s’en délecter, la pièceest enlevée, dynamique, et suscite un comique de situation que l’on apprécieraforcément. Chantal Ladesou porte d’ailleurs l’histoire à bout de bras etcontribue beaucoup à générer le rire tout du long. Elle en fait des tonnes,certes, mais qu’importe ! Nelson n’est pas une pièce intellectuelle et soncôté caricatural ici, plutôt que d’être gênant, permet de conférer à l’ensembleun caractère franchement cocasse. De fait, la comédienne s’en donne à cœur joiepour distiller des parcelles de folie et de bonne humeur au gré des minutes et autantprévenir, c’est communicatif.

N’allonspas nous méprendre cependant : si Nelson amuse, ce n’est pas nonplus l’hilarité générale du début à la fin. Les scènes sont inégales quand lesouci principal réside en un scénario trop plat et trop loufoque pour êtrevraiment convaincant. Même dans une pièce potache, j’aurais souhaité quelquesréparties délicates comme on en entend parfois et une vraie finesse d’espritqui m’a semblée hélas un peu absente ici. Alors que les gags capillo-tractéss’éparpillent, l’état d’esprit aussi et au final, le spectacle paraît tropbrouillon pour générer l’enthousiasme à 100%.

Il reste,en ce qui me concerne, que les apparitions du lapin (tellement mignon) ontlégèrement fait pencher la balance du côté positif mais il semblerait que monobjectivité en prenne un sacré coup.

En résumé,je pourrais plutôt décrire une bonne soirée, pas transcendante mais agréable.Cela me fait d’ailleurs penser à ces films qui ne nous ennuient nullement maisdont il ne reste pas grand chose, sitôt partie du cinéma. Nelson, c’estun peu ça : un moment que l’on ne regrette pas mais que l’on auraitsouhaité vraiment mieux. L’idée de base étant plutôt bonne, il aurait suffid’un gramme de subtilité supplémentaire pour générer des répliques cinglantesparfaitement dans l’état d’esprit. Mais cela devait ne pas être,dommage !

Un pari àmoitié réussi donc, pour une pièce qui connaît néanmoins un franc succès etsait rester très accessible, très tendre.
Si vous souhaitez vous y aventurer, je vous joins toutes les infos pratiquesici :
http://www.portestmartin.com/spectacle/piece/nelson

Autantpréciser que Chantal Ladesou sur scène, c’est un petit bijou de drôlerie à voirau moins une fois dans sa vie !

 Réagissez
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
Commentez 0