Contribution de
Léonie_D
Psycho   sexo-psycho  

Pas convaincue par les bienfaits de la Saint Valentin

Encore un article pour critiquer la Saint Valentin, on peut dire que je fais dans l’originalité.

Pas convaincue par les bienfaits de la Saint Valentin © DR
fezzrzr
Taille du texte : A A A
Imprimer
Réagissez
Je m'abonne

Se positionner « contre » la saint Valentin : j’entendsdéjà les « Elle ne doit pas être en couple pour dire ça ». Sauf qu’en fait, ça n’a rien à voir avec mon statut personnel. La véritéest que je n’aime pas ce jour car globalement, c’est une fête quirend les célibataires malheureux et génère des conflits dans pas mal decouples. Par conséquent, une fête qui en fait souffrir beaucoup. Et c’est cepoint précisément que je trouve indigeste.

Il est vrai que vous êtes peut-être ce couple bien assortiqui vous accordez à merveille sur comment traiter la chose. Admettons-le debonne foi, ça arrive aussi. Mais dans de nombreux cas, le 14 février se terminesouvent par une rose rouge oubliée et une grosse prise de bec. Voire une baffe.Voire un cadeau réclamé de façon déplaisante. Voire un resto qu’on s’impose àlui et à nous. Bref, des situations bien peu romantiques pour soi-disantcélébrer l’amour.

Pour les célibataires, c’est encore une autre histoire. Etpas des moindres.
- Il y a celles qui vont se terrer chez elles, plus malheureuses que jamais.Cette idée me désole un peu, surtout si je prends en compte Noël survenu àpeine deux mois avant, avec parfois au menu une famille sans tact, histoire debien rappeler la solitude. Est-ce nécessaire de remettre le couvert aussirapidement ?
- Les « Je vais bien, ne t’en fais pas », en modecontre-Saint Valentin/fiesta entre filles/grosse cuite me rendent tout aussimorose car il n’y a pas pire que feindre une fausse joie sous une vraie tristesse.
- Et puis enfin, sans tristesse aucune cette fois, mais avecune galanterie ô combien malmenée, il y a l’idée que si une fille célibatairedécide de sortir parce qu’à vrai dire, tout ça lui passe un peu au-dessus (enplus cette année, le 14 février tombe un samedi), certains« gentlemen » lui sauteront dessus comme si elle était un gros cupcake et qu’ils étaient affamés.Comprendre, une drague lourde et imbuvable, d’avantage encore que d’habitude. 
« Non mais c’est la Saint Valentintu comprends, il faut pécho. »
Et bien non. Du moins, pas nécessairement. C’est un jour comme les autres enfait. Pas celui pour rencontrer
un éventuel homme de sa vie. Pas celui qui vatout faire basculer comme par magie. Pas celui où Cupidon va enfoncer sa flècheje ne veux pas savoir où, non plus !

Pourtant, toutes celles qui crient à la fête commercialen’en souffrent pas moins…
Et parlons-en de cette fête commerciale. C’est un aspect vu et revu mais quimérite néanmoins d’être mentionné. Puisque cette année laSaint-Valentin tombe précisément un samedi, il me serait agréable de sortir et vivre unesoirée en toute normalité. Sauf que :

1) Pour trouver un restaurant qui ne fasse pas son menu decouple hors-de-prix et ne nous serve pas des cœurs à tous les plats, ce seraune belle galère. Quelqu’un s’est-il déjà posé la question du fait quecertains couples n’ont pas envie de tout ce tralala sans pour autant rester chezsoi ?

2) Les bars seront remplis de lourdauds ou de dépressifs.Champagne !

3) Les spams qui envahissent d’ores et déjà ma boîte auxlettres regorgent d’ingéniosité… et de ridicule. Les selfies bisous et lescœurs en papier crépon, c’est bien mignon, mais l’idée que je me fais duromantisme est d’avantage proche des ouvrages d’Alfred de Musset que d’unemièvrerie intéressée.


Finalement, les plus gagnants dans l’histoire sont lesamoureux tranquilles ou les célibataires à la cool, ceux qui ne vont pas changerleurs habitudes car ils s’aiment tout simplement ou bien acceptent de bon cœurleur situation.

Pour ma part, j’aimerais juste qu’on ne fasse pas tout unfoin de cette fête plusieurs semaines avant. J’aimerais éviter de voir des genstristes passer devant des fleuristes à la façade in love. J’aimerais que l’on parle moins du bonheur mais que l’onen ait d’avantage…

Donc voilà. Je n’aime pas la Saint Valentin du tout. Pasparce que ça fait bien de dire que c’est surfait ou trop mainstream mais parce que globalement, il n’y a pas de jour pourêtre amoureux, pas de jour pour avoir un crush,pas de jour pour une rupture... Non, toutes ces choses ne sont pas régies parune date bien précise qui met la pression plutôt qu’elle adoucit. Aussi j’aienvie de dire aimez-vous n’importe quand, n’importe où et puis c’esttout !

 Réagissez
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
Commentez 0