Contribution de
summerland
Psycho   sexo-psycho  

Quand la rédac' est dans la blague...

Poisson d'avril ou pas, chez elleadore.com, les blagues, on aime ça ! Voici un florilège de nos meilleures jokes, qui parfois donnent lieu au syndrôme de l'arroseur arrosé. Lisez plutôt !

Quand la rédac' est dans la blague... © elleadore.com 2009
fezzrzr
Taille du texte : A A A
Imprimer
Réagissez
Je m'abonne

Poisson d'avril ou pas, chez elleadore.com, les blagues, on aime ça ! Voici un florilège de nos meilleures jokes, qui parfois donnent lieu au syndrôme de l'arroseur arrosé. Lisez plutôt !

Lily

C'était il y a deux ans pendant mon cursus à l'école de journalisme. On était tous à fond, prêts à effectuer tous les stages, missions qui pouvaient nous être proposés. L'occasion était trop belle de piéger un de nos camarades. Avec une copine, on a eu l'idée de se faire passer pour une responsable d'une grande radio qui avait l'habitude d'appeler l'école pour des missions temporaires. Un soir, vers 18h, j'ai donc appelé un de mes camarades en me faisant passer pour cette dame et en lui disant que j'avais obtenu son numéro par l'intermédiaire du directeur de l'école et que la radio avait besoin de quelqu'un pour assurer les flashs de nuit à partir de minuit. Il n'a pas marché, il a couru ! Et s'est pointé comme prévu, à l'heure prévue à la radio. Bon, bien sûr, nous on ne s'était pas levées pour aller voir sa tête en s'aperçevant de la blague. Le lendemain, on lui a tout avoué. Tout le monde a beaucoup rit et lui aussi !

Angélique

J'annonce à mon chéri que j'ai eu une grosse augmentation de salaire et que je lui ai acheté un beau cadeau hors de prix pour son anniversaire. Le soir, je lui concocte un petit dîner simple mais romantique. Au moment où il ouvre son cadeau, stupeur : un poisson d'avril en papier ! En fait, je n'avais eu aucune augmentation et j'étais à découvert depuis 2 mois... Ouh, la mauvaise blague !

Maeva

Sur ce coup-là, j'ai été trop crédule !L'histoire remonte à il y a une quinzaine d'années (oui, j'étais trèèès jeune !). A cette époque, j'étais abonnée à "Mon quotidien" et le numéro du 1er avril m'apprend qu'une vie sous l'eau à été découverte : des sirènes, des vraies !!! J'y croyais dur comme fer...Bien sûr j'étais la seule à y croire (mes parents n'étaient pas dupes), et je me suis empressée d'aller raconter ça à mes amis et à mon institutrice, en apportant à l'école le journal en question. LA preuve que ce que j'avance est vrai !Je me revois devant la classe, montrant à tout le monde l'information. Ce que je n'avais pas vu, c'est la phrase en petits caractères en bas de la page : "Poisson d'avril ! Les informations en une ne sont que pure fiction". J'avais loupé une bonne occasion de me taire...

Fanny

Une de mes meilleures blagues : accrocher la photo de Julien-Doré -en-mode-caniche sur le bureau de ma collègue, archi-fan de la star. Midinette, va !Et aussi, asperger le manteau de cette même collègue de déo qui pue !!!

Mais pourquoi suis-je si méchante ?

LN

Le 1er avril dernier, pour faire mon intéressante, j'appelle mon chéri-chéri dans la journée :"J'suis toute tourneboulée, mon chef me propose de partir en Californie afin de monter un bureau pour la boîte là-bas.J'en serais la responsable. Je sais pas quoi faire, ça me fait peur et en même temps cela me tente beaucoup. En plus c'est une décision de couple , il y a les enfants... bla bla bli blablabla..."Chéri est à fond : "On y va ! (vous noterez le "on") C'est un trop chouette projet."Je le calme et lui dis "Stop, pas trop vite, on en parle ce soir."J'oublie ma blague à 2 euros et quand j'arrive le soir, c'est l'effervescence à la maison.Les enfants sautent de joie. Chéri me demande en mariage pour raison de carte verte.Quand j'ai dit : "Euh, vous savez quel jour on est ?" J'ai bien vu que la déception était profonde.Pourtant je ne pouvais pas m'arrêter de rire, ce qui était terrible. Ils le savent quand même que je fais des blagues tous les ans.Vive le 1er avril ! Comme je n'ai peur de rien, je prépare quelque chose de gratiné pour cette année.

Delphine

En tant que journaliste beauté, je reçois une foule de produits à tester. Face à cela, mon homme est persuadé que je suis devenue moins économe et que je n'hésite pas à jeter des flacons à moitié pleins quand ils ne me plaisent pas. Il s'est donc mis en quête de traquer la poubelle de la salle de bain, allant jusqu'à ouvrir les pots jetés pour bien vérifier qu'ils sont parfaitement vides. Agacée, je lui ai fait promettre d'arrêter de me surveiller, vexée qu'il puisse imaginer que je gaspille. Bien qu'ayant promis, je l'ai surpris plusieurs fois farfouillant encore dans la poubelle. Un jour - 1er avril, pur hasard et signe du destin - je décide de lui faire savoir que je sais qu'il continue de me surveiller. Je jette un pot bien vide avec à l'intérieur un message : "Tu vois, il est bel et bien fini ce pot !"Le soir, il rentre, se douche, va et vient dans la salle de bain, et moi j'attends la fameuse réaction. Il se couche, prend un bouquin et... rien. Pas une remarque sur ma petite blague. Mince ! Et là, un sentiment de culpabilité m'envahit. Le pauvre ! Je doutais encore de lui alors qu'il a décidé de tenir sa promesse... Quelle vilaine fille je suis de l'avoir encore soupçonné.Mais, au moment d'éteindre, il me regarde, éclate de rire et me lance : "Bon, je ne tiens plus, je l'ai trouvé ton mot ! C'est bon, j'ai bien compris..." Ah les hommes !

 Réagissez
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
Commentez 0