Contribution de
La rédact'
Maman   sexo-psycho  

Sa première séance de cinéma

Aller au cinéma avec son enfant, c'est un moment agréable à partager. Mais quelles sont les bonnes conditions pour que cette expérience ne tourne pas au cauchemar ? Geneviève Djénati, psychologue et thérapeute familiale, nous dit tout pour faire de cette journée reste un moment inoubliable...

Sa première séance de cinéma
fezzrzr
Taille du texte : A A A
Imprimer
Réagissez
Je m'abonne

Mon enfant parle beaucoup pendant la séance, que faire ?

Si l'enfant pose trop de questions, fait des commentaires sur le film, demandez-lui de parler moins fort et prévenez-le que vous serez là pour répondre à toutes ses demandes après le film. Peut-être est-ce le signe d'une séance trop longue pour lui... S'il continue à s'agiter, mieux vaut dans ce cas-là quitter la séance.

Mon enfant se cache sous le siège pendant la séance, que faire ?

Une chose est sûre : vous n'allez pas voir le film de la même façon que votre enfant. Votre plaisir doit être en retrait par rapport à celui de l'enfant. Pendant la séance, pensez à BIEN observer son comportement devant les images : s'il se cache sous le siège, mieux vaut quitter la salle ! Ainsi, si le film "Pokemon" a emballé les parents, beaucoup de petits n'ont rien compris aux scénettes hachées et sans lien.

En revanche, " Shrek " possède plusieurs niveaux de lecture, le rendant accessible aussi bien aux parents qu'aux enfants.

Après la séance, est-il important de discuter avec mon enfant ?

Oui, il faut engager un moment de complicité après la séance : échanger, donner ses impressions, partager ses émotions. N'hésitez pas à lui tendre des perches : "J'ai été effrayée par cette scène, et toi ?". Un bon moyen pour le petit d'évacuer leurs éventuelles peurs... et d' éviter les cauchemars !

Depuis la dernière séance, mon enfant fait des cauchemars. Que faire ?

Si l'enfant a vu une scène violente et réagit face à un excès d'émotions, vous avez du oublier... l'étape précédente ! L'important est de parler sur le moment. Sinon, ses émotions restent enfouies et des épisodes traumatisants peuvent ressurgir lors de cauchemars. Il faut alors lui expliquer que la scène n'était pas réelle et le rassurer en le prévenant que vous aussi, enfant, vous avez eu peur.

Geneviève Djénati est psychologue et thérapeute familiale, auteur de "Psychanalyse des dessins animés", éd. Pocket

 Réagissez
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
Commentez 0