Contribution de
La rédact'
Culture   Ecrans  

Sorties ciné du 5 au 12 mars

Il y a mille raisons d'aller au cinéma, mais il en existe certaines qui feront préférer un film à un autre. Alors, vous souhaitez aller au cinéma...

Sorties ciné du 5 au 12 mars
fezzrzr
Taille du texte : A A A
Imprimer
Réagissez
Je m'abonne

Parce que vous avez aimé Le sixième sens : L'orphelinat

Rien que le titre, déjà, c'est pas très rassurant. L'orphelinat.

Moi, les gosses qui font peur, c'est comme les clowns tueurs, ça me terrifie.

Et quoi de mieux pour planquer des gamins revanchards qu'un orphelinat ? Une demeure cossue, habitée par son passé, avec des pièces à n'en plus finir, et filmée de telle manière qu'on en perd la géographie. Des secrets qui remontent comme un requin à la surface... L'orphelinat fait monter l'angoisse de manière très progressive, sans effets spéciaux, avec le souci du détail, et se clôt dans un final fascinant qui n'est pas sans rappeler Le sixième sens.

La phrase" Truffaut disait que tout le monde peut se sentir autorisé à parler de l'enfance avec un certain savoir." - Juan Antonio Bayona, le réalisateur

Le synopsis

Laura a passé les plus belles années de son enfance dans un orphelinat au bord de la mer. 30 ans plus tard, elle y retourne avec son mari et leur fils Simon, dans l'intention d'y créer un foyer pour enfants handicapés. La demeure et son cadre mystérieux qui réveillent l'imagination de Simon entraînent aussi Laura vers son passé et ses secrets.Sortie le 5 mars

Le cœur léger : Andalucia

Toujours vêtu d'un costume gris, Yacine. Jusqu'à Tolède. L'Andalousie. Où son esprit arraché à la pesanteur libère son corps. Andalucia est peut-être le synonyme de liberté, la grâce, l'endroit, le moment où l'on est soi, en parfaite harmonie. En dehors, on vit des moments qui n'ont parfois rien à voir les uns avec les autres, déconnectés, incohérents. Et alors on se demande qui on est et on ne comprend plus rien à rien. Andalucia parle de tout ça, un film proche de nous, avec son héros si plein d'énergie, si vrai. Un très beau film.La phrase"La légèreté demande un grand effort aujourd'hui ! Elle peut être culpabilisante... Le droit à la légèreté n'est pas si simple ; c'est s'oublier, ça coûte énormément." - Alain Gomis, le réalisateur Le synopsis

Du dribble de Pelé à la danse de Mohammed Ali sur le ring, Yacine voudrait ne retenir de la vie que des moments uniques. Dans son royaume - sa caravane, sa musique, ses héros - il est le maître du jeu. Mais voilà que Yacine rencontre par hasard Djibril, un ami d'enfance. Il se trouve alors confronté à ses origines, à sa cité, à ses frustrations, à ses désirs inassouvis...Sortie le 5 mars

En famille : L'heure d'été

"La famille, ça s'éparpille", chantait Michel Jonasz. C'est comme ça, c'est le mouvement de la vie. L'heure d'été commence comme il finit : dans le mouvement des enfants. Et c'est ce qui est le plus formidable dans le film, le mouvement, la vista avec laquelle Assayas filme son sujet. Ses personnages existent à travers peu de choses, ils se dessinent plutôt, doucement, tendrement, sans jugement. Assayas donne le sentiment de ne pas y toucher. C'est son côté impressionniste, tchekhovien. Ce qui ne l'empêche pas de dresser le portrait d'une famille très actuelle, avec ses individus projetés dans la modernité, son mouvement trépidant, leurs racines, ce mouvement immobile qui n'a ni début ni fin.La phrase"Les formes traditionnelles de la famille se transforment. La question n'est plus de se battre pour posséder l'héritage familial mais plutôt de savoir comment on s'en débarrasse." - Olivier Assayas

le synopsis

C'est l'été. Dans leur maison familiale, à la campagne, Frédéric, Adrienne, Jérémie et leurs enfants fêtent les 75 ans de leur mère, Hélène Berthier, qui a consacré sa vie à préserver l'œuvre de son oncle, le peintre Paul Berthier. La disparition soudaine d'Hélène, quelques mois plus tard, les obligera à se confronter avec les encombrants objets de leur passé. Cette famille, à l'apparence si heureuse, va-t-elle pouvoir rester unie ?Sortie le 5 mars

Pour voir : Rendez-vous à Brick Lane

C'est l'histoire d'un quartier de Londres, Brick Lane, énorme barre d'immeuble en briques rouges, cœur de la plus grande communauté bengalie en dehors du Bangladesh. Sorte de passage entre le Bangladesh et l'Angleterre. Les hommes y portent des tenues occidentales, les femmes, le sari.C'est l'histoire d'un affranchissement, celui de Nasneen, dont le cœur est resté là-bas. Comment rompre avec le rêve ? Pourquoi rompre avec le rêve ? Brick Lane est peut-être simplement, comme beaucoup d'autres quartiers, le théâtre d'une nouvelle culture, la culture anglo-bengladaise. L'anecdoteLa réalisatrice, Sarah Gavron, a été sélectionnée sur la liste du magazine Variety des 10 jeunes réalisateurs à suivre.

Le synopsis

Née au Bangladesh, la jeune Nazneen doit quitter sa famille et son pays pour rejoindre l'époux auquel on l'a promise.Quinze ans plus tard, deux filles plus tard, elle se sent toujours aussi isolée dans un pays dont elle parle à peine la langue. Elle veut rentrer chez elle, retrouver sa sœur avec qui elle a tissé une très forte relation épistolaire. Mais pour réunir l'argent du voyage, elle doit se mettre à travailler. Et le travail l'amène à rencontrer Karim...Sortie le 12 mars

Hélène I. Parmentier

 Réagissez
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
Commentez 0

Les derniers commentaires

  • Hello ! Wahouu ! c'est vrai que ça en jette vraiment, je me suis éclatée à créer la maison de mes rêves ! Juste un petit bémol...

    posté par Gagarine 16 mars 2016 - 09h57

    Logiciel d'aménagement

  • Mes yeux aiment et se reposent devans Kev Adams

    posté par Mathilda 12 mars 2016 - 22h45

    Kev Adams en fait-il trop ?

  • et surtout mettre les mains derrieres la tete ... ca peut faire croire aux gens qu'il faut pousser sa tete avec les mains ....

    posté par Anonyme 10 mars 2016 - 13h10

    Activité physique à pratiquer au quotidien

  • Bonjour je suis une élève en terminale ES et je souhaiterais travailler dans un magazine dans le futur ou bien même créer le...

    posté par JaceWinchester 07 mars 2016 - 20h38

    Dans les coulisses d'un magazine féminin

Elle adore Twitter



Elle adore Facebook