Contribution de
marionfizz
Culture   Livres  

Spécial rentrée littéraire : "Les pages roses", de Teodoro Gilabert

Roman d'un apprentissage, "Les pages roses" est un hommage rendu aux étudiants, à Paris, à Nantes, au cinéma de la Nouvelle Vague, aux stars, à la langue latine, aux années soixante-dix, au Petit Larousse illustré, aux professeurs des banlieues, à la méthode Coué, et à l'humour.

Spécial rentrée littéraire : "Les pages roses", de Teodoro Gilabert
fezzrzr
Taille du texte : A A A
Imprimer
Réagissez
Je m'abonne

Les pages roses, de Teodoro GilabertEditions Buchet-Chastel200 p., sortie le 21 Août 200814 €

Quand je dis "Fiat lux", "Nunc est bibendum" et "Thalassa ! Thalassa !", vous croyez que j'essaie de vous vendre quelque chose ?

Que nenni !

Reprenons ensemble. Ces quelques phrases sont des locutions latines. Mais si ! On les a apprises en quatrième. Je vous accorde qu'à l'époque, ce qui nous intéressait c'était plutôt le camarade de devant, mais oublions un instant les délices du sexe opposé pour se concentrer sur le sens des mots...

Ca vous parait difficile ?

C'est pourtant ce qu'a fait notre narrateur. Jeune étudiant sage et sans histoire, il n'a que peu d'amis, ne fait pas de sport et est fasciné par la ligne rose des dictionnaires Larousse.

Le chapitre des locutions latines, grecques et étrangères, qui sépare les noms communs des noms propres, régit ses questionnements, apporte des réponses.

Grâce à elles, il tente, avec beaucoup de finesse et d'humour, de trouver un sens à sa vie. Pourquoi suis-je ici ? Quelle est ma mission ? De quoi ai-je envie ? Autant de questions universelles qui se répartissent en plusieurs chapitres dont les titres sont... des citations latines.

Réussiront-elles à lui faire aimer l'être qu'il est ? Quand on lit la quatrième de couverture, il faut bien avouer que ça parait mal engagé :

"Penser à son départ à la retraite avant d'avoir commencé à travailler, c'est sûrement le signe d'une absence totale de vocation. Mais envisager la fin avant le début, c'est aussi une question d'esthétique."

Carpe diem !

 

 Réagissez
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
Commentez 0