Contribution de
eloadore
Culture   Musique  

Tout est beau dans le Daho !

Jeudi 6 novembre 2014, j'ai 40 ans, et je viens de voir Étienne Daho pour la première fois (ou presque) en concert, chose que je ne m'explique pas, parce que Daho c'est un peu toute ma vie.

Tout est beau dans le Daho ! © eloadore
fezzrzr
Taille du texte : A A A
Imprimer
Réagissez
Je m'abonne

1984,j'ai 10 ans, et la fille d'amis de mes parents un peu plus âgée, me faisécouter la Notte- la Notte. Avec Etienne, marinière et perroquet sur l'épaule,c'est le coup de foudre. Et de Tombé pourla France à Paris Ailleurs, j'ai17 ans. Dans la chambre du pavillon de banlieue de ma meilleure amie, on écoutela Radio. Etienne serait mort du sida, nos larmes sont intarissables. Ouf c'estdémenti !

Etpuis Réserection, Éden, Réevolution.J'ai 30 ans. Pour mes 35, Etienne me fait le cadeau de l'invitation et de sonmerveilleux été.  Je le découvre en vrai sur scène avec Jeanne Moreau,pour une mise en musique du condamné à mort de Genet, un moment suspendu. 

Puisles "chansons del'innocence" en 2013.Bref depuis 1984, il me semble qu'il ne s'est pas passée une semaine de ma vie sans que j'écoute unemorceau de Daho.

Hiersoir au concert d'Etienne Daho, j'avais 10, 15, 20, 30, 40 ans à la fois. Riende nostalgique, tout encore bien présent, les « doumdidoum », les « ohohohohoh » viennentspontanément, les paroles sortent comme une évidence, les corps ondulent tousensemble, les doigts claquent, les yeux brillent. 

Unesalle de quarantenaires bien tapés. C'est rock, c'est beau, c'est chaud, c'estnaturel et parfaitement orchestré. C'est exigeant mais simple. Si de tous lescompliments qu'inspirait ce concert, il ne fallait en garder qu'un, ce serait l'élégance. Etienne, c'est l'élégance faitehomme. Le public (et moi) on crie bravo, on crie merci, on crie encore. On voitqu'il ne veut pas partir, Il revient pour entonner a capella assis sur le bordde la scène un week-end à Rome en duo avec moi, avec toi, avec nous, avec un Olympia remontéà bloc, qui ne perd pas une parole. On sort secoués, on se croise à la sortie, émus, remplis, joyeux, on continue à chanter sur le trottoir. Et moi,j'ai envie de crier Etienne je t'aime. 


 Réagissez
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
Commentez 0