Contribution de
AFP Actu

Traitement biocide contre des "taches noires" dans la grotte de Lascaux

Un traitement biocide localisé est appliqué depuis mercredi dans la grotte de Lascaux pour tenter de "ralentir le développement de taches noires". La grotte, qui abrite des peintures datant de 17.000 ans avant J-C, avait déjà dû faire face, en 2001 et 2002, à une forte attaque de moisissure blanche, aujourd'hui "stabilisée".

Taille du texte : A A A
Imprimer
Réagissez
Je m'abonne

Un traitement biocide localisé est appliqué depuis mercredi dans la grotte de Lascaux pour tenter de "ralentir le développement de taches noires", a indiqué Marie-Anne Sire, coordinatrice des interventions autour du site préhistorique situé en Dordogne.

 

Un produit permettant de détruire les micro-organismes va être vaporisé localement jusqu'à vendredi dans la partie droite de la grotte, dans l'Abside, la Nef et le Passage, où les "taches noires" sont les plus présentes, a précisé Mme Sire, conservateur en chef des Monuments historiques.

 

Le principe d'un traitement biocide avait été décidé le 20 novembre par le comité scientifique international de Lascaux et finalisé le 14 décembre lors d'une réunion technique dans la grotte, située à Montignac (Dordogne).

 

Après des "essais", lundi et mardi, la vaporisation localisée du produit mis au point par le laboratoire des Monuments historiques a débuté mercredi sous le contrôle de "deux restaurateurs et un observateur", a-t-elle indiqué. Trois passages sont prévus d'ici vendredi.

 

La grotte sera ensuite laissée au repos complet pendant près de trois mois, à l'exception d'une intervention d'"une demi-heure par semaine" pour le contrôle des paramètres climatiques, a-t-elle ajouté.

 

Fin mars, des analyses seront effectuées en vue d'une nouvelle réunion du comité scientifique, le 11 avril.

 

Les "taches noires" donnent lieu à une forte mobilisation scientifique depuis plusieurs mois, certaines de ces taches menaçant voire, dans quelques cas, touchant les peintures préhistoriques, a rappelé Mme Sire.

 

Leur composition est complexe mais comprend notamment un champignon nommé ulocladium, a-t-elle précisé.

 

La grotte, qui abrite des peintures datant de 17.000 ans avant J-C, avait déjà dû faire face, en 2001 et 2002, à une forte attaque de moisissure blanche, aujourd'hui "stabilisée". Considéré comme moins sévère, le développement des "taches noires" serait expliqué, selon les scientifiques, par l'altération de l'équilibre interne du site inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco.

 

Depuis 1983, les visiteurs de Lascaux n'ont accès qu'à une copie de la grotte (Lascaux II), l'originale étant fermée au public depuis 1963.

 Réagissez
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
Commentez 0