Contribution de
Livy-Etoile
Ecrans   Culture  

Un Début Prometteur ou « l’élégance du désespoir »

Mercredi 30 septembre, sort « Un début Prometteur » au cinéma. Retour sur cette comédie douce-amère où la désillusion flirte avec la tendresse.

Un Début Prometteur ou « l’élégance du désespoir » © Gaumont Distribution
fezzrzr
Taille du texte : A A A
Imprimer
Réagissez
Je m'abonne

Pour son second long-métrage Un Début Prometteur,Emma Luchini propose une (très) libre interprétation du roman éponyme et enpartie autobiographique de Nicolas Rey. Si le film a de quoi surprendre deprime abord de par son traitement atypique, le résultat final est plutôtréussi.

Le pitch:
Martin, désabusé pour avoir tropaimé et trop vécu, retourne chez son père, un horticulteur romantique en fin decourse. Il y retrouve Gabriel, son jeune frère de 16 ans, exalté et idéaliste,qu’il va tenter de dégoûter de l’amour, sans relâche. Mais c’est sans compterMathilde, jeune femme flamboyante et joueuse, qui va bousculer tous leursrepères...

Et alors ?
Un Début Prometteur fait partie de ces films qui nousemmènent à peu près partout sauf là où nous nous attendons, à commencer par un Fabrice Luchini en père de famille tendrementdéphasé, dans un rôle secondaire qui lui va comme un gant. Le jeu de Manu Payet, méconnaissable en ancien amoureux de l’amourdésormais blasé, la mystérieuse Veerle Baetens qui brillait déjà dans AlabamaMonroe ou encore le jeune et téméraire Zacharie Chasseriaud forment ici unredoutable trio d’anti-héros, que la vie brise, consume, unit ou sépare selonles moments. Il s’ensuit des scènes souvent touchantes, parfois surréalistesmême, et dont le goût marqué pour les mots et l’esprit d’à-propos fonctionne desuite, pour peu qu’on soit fascinée par la dérision et l’ironie.

Pourtant, embarquée dans ces drôles d’aventures sans enavoir d’avantage d’explications (je prends un malin plaisir à aller voir lesfilms sans aucune information à leur sujet afin de les percevoir d’un œilcomplètement neuf), je me suis vue perdre mes repères à de nombreuses reprises,ne sachant plus vraiment où donner de la tête. Pourquoi en est-on arrivé là ?Et comment ? Y a t-il une suite logique aux évènements ?

Ce n’est qu’après lecture du livre de Nicolas Rey et aprèsavoir écouté Emma Luchini parler de son long-métrage que j’ai compris que je neme posais pas les bonnes questions. Si l’exercice du roman offre la possibilitéde personnages multiples et d’histoires détaillées des uns et des autres, lefilm, quant à lui, ne cherche pas à retracer la biographie de ses protagonistes ou à poser une histoire linéaire. Ni informatif, ni psychologique, il préfèrese détacher des conventions pour aller au-delà du réalisme. Bien sur,c’est à la fois attirant et… perturbant ! Le spectateur, indécis, estballoté au gré des scènes jusqu’à les vivre dans l’instant, état brut etémotions sauvages, à l’image des différents héros. Mais lorsqu’EmmaLuchini évoque Un Début Prometteur comme une fable, tout devientlimpide : détresse et poésie se mêlent pour mieux exister ensemble etfaire perdurer une certaine légèreté au sein de la noirceur. Il n’y a plus de« pourquoi » ni de « comment », mais simplement se laisser aller dans ce périple qui sait prendre suffisamment ses distances avecle malheur pour mieux le traiter. Un procédé habile en somme, afin d’éviterl’écueil d’une adaptation si fidèle au livre qu’elle en passerait à côté del’essentiel.

Il en résulte un ovni du cinéma français qu’il fait bonvoir, précisément car il se moque bien des codes et poursuit son étrangechemin, de Paris à Giverny, en trépignant, bondissant et se heurtant face auxà-coups de l’existence. Le personnage de Martin/Manu Payet, centre du trio, imposeson cynisme aigu avec cette « élégance du désespoir » que dépeintEmma Luchini, le sourire aux lèvres. Une élégance qui, alors que l'énergie pourrait venir à manquer, porte le film jusqu’àdanser, chanter, rêver dans un regain de vie inespéré.

La bande-annonce :
https://www.youtube.com/watch?v=ln9VQjff8WE

La reprise de lachanson « Mes hommes » de Barbara interprétée par la charismatiqueMathilde/Veerle Baetens :
https://www.youtube.com/watch?v=MJg41VnMrJo

Un grand merci à Emma Luchini et Nicolas Rey pour leurintervention, leurs points de vue sur le livre et le film et les anecdotesattenantes aux deux, ainsi qu’à toute l’équipe Gaumont.

Et vous, irez-vous voir ce « début prometteur » aucinéma ?

 Réagissez
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
Commentez 0