Contribution de
laura75
sexo-psycho  

Vécu : J'ai donné mon sang

Il y a les phobiques des piqûres, celles que la vue du sang fait tourner de l'œil et celles qui ne trouvent jamais le temps. Bref, on a toutes de bonnes raisons de zapper le don du sang. Sauf qu'en vrai, ce n'est pas forcément comme on l'imagine. Et qu'il y a aussi plein de bonnes raisons de le faire !

Vécu : J'ai donné mon sang
fezzrzr
Taille du texte : A A A
Imprimer
Réagissez1
Je m'abonne

 

A savoir :

Si on a un peu plus de temps, on peut aussi donner nos plaquettes (un élément du sang qui favorise la coagulation et sert notamment en cas de chimio). Là par contre, il faut prendre rendez-vous dans l'un des établissements qui le pratiquent.

L'avantage ? Pas de fatigue puisqu'on nous réinjecte les constituants du sang qui ne sont pas prélevés.

L'inconvénient ? Il faut compter au moins 2h30, mais pendant ce temps là, on nous passe un dvd.

J'avoue : la dernière fois qu'une collecte a eu lieu en bas de ma boîte, j'ai prétexté une tonne de boulot pour y échapper.

Mais cette fois, fini de me défiler ! Je n'ai plus de 18 ans, je pèse plus de 50 kilos (facile...) et je suis en bonne santé : bref, j'ai la chance de faire partie des élus, alors j'en profite.

1ère étape, puisque je ne veux pas attendre la Saint Glinglin (des fois que ma motivation faiblirait) : trouver où donner. Pas bête, je me connecte sur le site de l'Etablissement Français du Sang ( www.dondusang.net ). Là, on me propose deux options : un hôpital ou une collecte mobile (un camion par exemple). Il n'y a pas de collecte près de chez moi aujourd'hui, alors va pour l'hôpital. Pas besoin de prendre rendez-vous, j'y vais quand je veux, en l'occurrence à l'heure du dèj. Déjà un bon point pour l'accueil, on me lance un "c'est super d'être venue, on a besoin de dons !" et on me propose un jus de fruits. Peut-être pour mieux faire passer le questionnaire d'entrée à remplir, style inquisition ? Un florilège de questions indiscrètes ("avez-vous changé de partenaire au cours des 4 derniers mois ?", "avez-vous déjà consommé de la drogue ?"...) voire pointilleuses ("avez-vous effectué un détartrage au cours de la semaine ?"). Malheureusement les contre-indications ne manquent pas : avoir pris des antibiotiques ou une aspirine récemment peut m'empêcher (momentanément) de donner. On appelle ça le principe de précaution.

Prenons-le comme un check-up gratuit !

Ouf, après entretien avec le médecin (ça fait déjà une bonne demi-heure que je suis là), c'est bon, rien ne s'oppose à mon don (que voulez-vous, j'ai une hygiène de vie exemplaire !) Les choses sérieuses vont commencer et je ne vous cache pas qu'une petite angoisse commence à monter ("pourvu que je ne tourne pas de l'œil..."). Direction l'un des grands fauteuils inclinables qui m'attendent en rang d'oignon. Au moins, c'est confortable... Soyons honnête : oui, l'aiguille est un poil plus grosse que celle utilisée pour les prises de sang. J'ai presque envie de leur demander de vérifier mon taux de cholestérol au passage, histoire de rentabiliser la piqûre... En fait, on sent un petit pincement, mais rien de bien méchant. Après, je n'ai plus qu'à ouvrir et fermer le poing ("pomper") pour que le sang s'écoule bien. Un petit quart d'heure plus tard, c'est déjà fini et sans tomber dans les pommes ! Je me sens quand même un peu ramollo mais pas de panique : ils ne vont pas me lâcher comme ça dans la nature. Pour récupérer (on m'a quand même pris 1/2 litre de sang alors que mon petit corps en contient seulement 5 !), la collation est plus que conseillée. Un jus de fruits et un vrai menu (au choix : entrée/plat/dessert) plus tard, je suis apte à repartir. Mine de rien, en une heure, j'ai peut-être aidé un accidenté de la route, une femme enceinte ou un patient atteint de leucémie qui avait besoin de sang. Il paraît que rien qu'en Ile de France, il manque 1500 dons chaque jour. Avec moi, ça fait déjà un de moins !

Et vu que je peux renouveler l'opération 3 fois par an et ce jusqu'à 65 ans, j'ai encore un paquet de vies sauvées devant moi.

 Réagissez
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
1 commentaire(s)
Anonyme - 08/11 à 12:25

bravo et merci ! J'ai donné moi aussi de 18 à 38 ans, j'ai commencé à la fac, un camion de l'Etablissement Français du Sang était venu ... et comme toi j'avais 18 ans, bonne santé et plus de 50 kilos ... maintenant je ne peux plus donner car j'ai un traitement à vie mais j'encourage et je remercie tous ceux qui le font ...

Signaler un abus
Commentaire(s) : 1