Contribution de
laura75
sexo-psycho  

Comment échapper (vraiment) à la grippe A ?

Cet hiver, la grippe A devrait frapper fort. Condamnée ? Certainement pas ! Mon plan en 6 étapes.

Comment échapper (vraiment) à la grippe A ?
fezzrzr
Taille du texte : A A A
Imprimer
Réagissez
Je m'abonne

1. J'assume ma maniaquerie

Chouette, pendant quelques mois les gens ne me regarderont plus de travers si je dégaine mon antibactérien après leur avoir serré la main ! Le gel hydro-alcoolique (qu'on trouve partout, de la pharmacie à Séphora, mais attention, il faut qu'il soit virucide !), c'est l'accessoire tendance à avoir dans son it-bag cet automne, plus utile que l'iPhone pour éradiquer le virus.

Le gel hydro-alcoolique ? J'en use et j'en abuse à chaque fois que je sors du bus ou du métro.

Autre nouveauté : personne ne trouve rien à redire si je passe 30 secondes devant le lavabo (c'est le temps minimum pour un lavage des mains efficace, savon inclus et en frottant bien pour que ça mousse), même s'il y a la queue.

Idem quand j'attrape les poignées de porte avec un mouchoir ou que je passe un coup de lingette désinfectante sur le clavier et le téléphone des collègues. D'habitude, ça passe limite pour de la folie, là on appelle ça du zèle professionnel...

2. Au boulot, je fais la grève des bonnes manières

La politesse attendra la fin de la pandémie. Désormais, out les poignées de main (nos mimines qui traînent partout sont de vrais nids à virus), un grand "bonjour" lancé à la cantonade suffit. Super, ça me permet d'arriver cinq minutes plus tard le matin.

J'en profite aussi pour envoyer des mails plutôt que de passer voir mes collègues dans leur bureau et j'avale un sandwich toute seule pour éviter la cantine. La grippe A a au moins cet avantage : je peux faire mon associale en paix.

Même si ça caille, j'ouvre les fenêtres en grand pour aérer et éviter le confinement. Sur le coup, je ne me fais pas que des amis mais ils finiront par m'être reconnaissants de les avoir épargnés si mon petit dernier tombe malade... Qui sait, j'aurais peut-être même une augmentation pour service rendu à ma boîte ?

3. J'adopte une nouvelle façon... de tousser

"Mets la main devant ta bouche quand tu tousses". On nous l'a tellement répété que c'est devenu un réflexe. Et j'apprends aujourd'hui qu'on m'aurait menti ? Le mieux, si je veux échapper à la grippe A , c'est d'adoper le nouvel adage "Mets ton coude devant ta bouche". Remarque c'est logique : si je tousse dans mes mains et que je me remets à taper à l'ordi 3 secondes après, bonjour la prolifération de microbes... Tandis que si je postillonne plutôt en direction du creux de mon coude, ils y restent.

Bon, le plus classe (et le plus efficace), ça reste quand même de tousser ou d'éternuer discrètement dans un mouchoir en papier que je jette illico presto (si la poubelle a un couvercle, c'est mieux).

4. Je revends mes places pour Bénabar

Sachant que je vais rester debout pendant 3 heures dans une fosse remplie de centaines de personnes, combien y a-t-il de risques qu'au moins une personne dans le lot couve la grippe a sans avoir (encore) de symptômes ?

Il est conseillé de rester à au moins 2 mètres des personnes qui nous entourent pour éviter la contamination.

Mais comment expliquer à tous ces gens qu'ils empiètent sur mon espace vital sans me faire taper dessus ?

Solution du problème : je vais plutôt rester à la maison et écouter le best-of. Pour les mêmes raisons, j'annule mes cours de fitness de la semaine et... j'interdis à mon mec d'aller voir le prochain PSG-Marseille !

5. Je me prends pour Dark Vador

Ok, le masque ça fait un peu Dark Vador. Mais si j'ai un malade à la maison (mon homme ou mes enfants), c'est carrément indispensable. D'une, pour éviter qu'ils me contaminent. De deux, pour éviter ensuite de refiler le cadeau à 50 usagers de la ligne 13 du métro en allant au boulot.

Attention, Dark Vador ne se trimballe pas avec le premier masque en papier venu. Pour mon chéri qui a déjà chopé le H1N1, j'investis dans un masque "anti-projections" (appelé aussi masque chirurgical) histoire qu'il garde ses postillons contaminés pour lui. Et de mon côté, j'opte pour un masque de protection équipé d'un filtre (de type "FFP2" pour être précise, c'est ce que les pros conseillent).

6. Je prépare mon assiette anti-grippe

Même en appliquant tous ces conseils, le risque zéro n'existe pas et je peux me retrouver nez à nez avec le virus à peu près n'importe où.

Le mieux ça reste de préparer mon corps au combat. Comment ? En boostant mes défenses immunitaires !

C'est-à-dire en faisant le plein de protéines (elles boostent la production d'anticorps) et de vitamines (C, D... elles sont toutes bonnes à prendre).

C'est parti pour une cure de fruits (et légumes), d'œufs, mais aussi de pain complet et de céréales (pour faire le plein de zinc). Ca tombe bien, ça fait un petit-dèj idéal ! Et même si ça ne me suffit pas pour échapper à la grippe, au moins j'aurai bonne mine cet hiver !

Pratique

Retrouvez tous les conseils pour vous protéger (vous et les autres) sur : http://www.pandemie-grippale.gouv.fr

 Réagissez
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
Commentez 0