Ces phrases que les freelances ne veulent plus entendre

Ces phrases que les freelances ne veulent plus entendre

Travailler en freelance, c'est avoir, certes, une certaine forme de liberté. Mais c'est aussi entendre encore et toujours les mêmes phrases que l'on ne supporte plus.

Ah, le beau métier de freelance. Que l'on soit journaliste, photographe, graphiste, attaché de presse, caméraman, monteur… On rencontre au final tous les mêmes avantages : choisir avec qui on bosse, quand on bosse, sur quoi on bosse… Mais cela ne signifie pas pour autant qu'on se la coule douce et qu'on ne fait rien de nos journées. Bien au contraire ! Travailler en freelance, c'est être capable de faire beaucoup de sacrifices, de compromis. Et surtout, c'est subir les mêmes clichés qui reviennent en boucle, de gens qui n'y connaissent décidément rien.

"Quand est-ce que tu trouves un vrai boulot ?"

Pour bon nombre de personnes, avoir un job, cela signifie faire 9h - 18h derrière un bureau. Avoir un CDD ou un CDI, des horaires fixes… Bref, tout le contraire du freelance ! Et pourtant, cela ne veut pas dire que notre job est un emploi fictif. Croyez-nous, on en fait beaucoup, beaucoup plus que vous, dans la plupart des cas.

"Mais tu ne bosses jamais, en fait ?"

Si. Je bosse le soir, le weekend, tôt le matin… Et aussi le reste de la journée. Les gens en freelance ont tendance à faire deux à trois fois plus d'heures que les personnes ayant un contrat classique, histoire de rentrer dans leurs frais, mais aussi parce qu'ils sont passionnés. Mais comme on peut travailler de n'importe où, certains pensent qu'on ne fait rien.

"Puisque tu es à la maison toute la journée, tu pourras…"

Faire la vaisselle et le ménage, préparer le dîner, récupérer le colis à la poste, faire les courses… Rayez la mention inutile (ou pas, car on nous demande généralement tout cela). Travailler chez soi ne signifie pas que l'on est homme ou femme au foyer. Notre travail a aussi besoin d'être fait, et si l'on veut bien faire une petite pause de temps en temps pour faire un petit truc, on ne va pas prendre en charge toutes les corvées sous prétexte que l'on travaille à la maison.

"C'est bien, tu n'auras pas besoin de prendre un congé maternité / de nounou pour ton bébé"

Eh bien oui, ça tombe bien : j'ai prévu de travailler jusqu'au moment de l'accouchement, d'emporter un peu de travail pour m'occuper entre deux contractions, et de m'occuper d'un enfant et de tout ce que cela implique, tout en répondant aux mails des clients et en faisant mon travail. Ou pas. Encore une fois, dans l'expression "travailler à domicile", il y a bel et bien "travailler". On ne se tourne pas les pouces toute la journée.

"Pas ce soir, je travaille demain, MOI"

Ah bah ça tombe bien, parce que pas moi, dis donc. Oh, attends. Si, en fait. C'est dingue, hein. Être freelance, oui, c'est un job.

"Cette mission n'est pas rémunérée, mais…"

Mais on te fera de la pub / Tu pourras mettre ça dans ton book / Ça te fera de la visibilité. C'est bien beau, mais les factures ne se payent pas en visibilité. Et quand je propose à mon proprio de mettre des photos de mon appart sur Instagram plutôt que de lui payer le loyer, ça n'a pas l'air de l'enchanter. Tout travail mérite salaire !

Loun_R

Vous aimerez aussi

La nouvelle saison d'American Horror Story fait déjà flipper les téléspectateurs
Séries Décidément, Ryan Murphy a un don pour l'angoisse. Avec...
The Bold Type, ma nouvelle série coup de coeur
Ecrans Une série où la solidarité féminine est de mise, et où...
L'eye-liner Harry Potter est tout simplement magique
Culture Les fans de Harry Potter peuvent désormais avoir un...
Réagissez !
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme