Fermer
Suivre Elleadore.com sur
S'abonner au magazine :

Ma 1ère fois dans le désert en Algérie...

Ma 1ère fois dans le désert en Algérie...

Lunettes de soleil sur le nez, total look saharienne, j'étais prête à partir à l'assaut du désert algérien. Rien que l'idée de quitter mon quotidien et son effervescence urbaine me réjouissait.

Je ne savais pas encore ce qui attendait une novice comme moi...

Aux portes de Béchar, dans l'est de l'Algérie, l'oasis de Taghit se dévoile après une longue route jalonnée de vieux ksours. A bord d'un 4x4 conduit par des bédouins visiblement pressés, les dunes et les canyons défilent dans un camaïeu d'ocre.

Dans le désert... il fait froid !

Puis on découvre notre bivouac et sans plus attendre nos lits. Le confort est spartiate. Il va falloir apprivoiser nos suites improvisées avec une ou deux couvertures supplémentaires, deux paires de chaussettes au moins, un bonnet... Ok j'arrête la liste ! Disons-le franchement, les nuits sont polaires dans le désert. Alors j'ai tout prévu, histoire de ne pas me réveiller en esquimau. (voir mon kit de survie).Pour l'heure, je savoure la chaleur du thé à la menthe qu'on sirote, confortablement assis sur des tapis et des coussins.On est enfin prêts à s'offrir une nuit à la belle étoile avec nos hôtes, affublés de leur chèche traditionnel bleu.

Un orchestre local réchauffe l'atmosphère avec ses chants, on danse autour du feu. Les rythmes berbères et arabes s'enchaînent et on se prend au jeu.L'heure du dîner se profile et de puissantes odeurs de méchoui nous parviennent. En entrée, ce sera une chorba, une salade fraîche qui nous ferait presque oublier la sécheresse alentour et ce méchoui gargantuesque. Bah oui les Bédouins, le servent selon la coutume, embroché, à même la table et on déguste avec les doigts ! Un régal et un moment culinaire inédit.Après avoir regagné nos tentes, c'est une autre musique qui s'impose...celle de la nuit saharienne... Le moindre bruit me fait sursauter. " C'est rien ! " m'explique AbdelKader, le guide qui ne dort que d'un œil et se repère dans la nuit noire, à la lueur des étoiles. " Mais alors ces bruits ? " Oh sûrement un fennec ", lâche-t-il, manifestement amusé par mon regard en détresse. Même pas peur !

Camouflée sous la tente, je laisse la magie du Sahara m'envelopper pour la nuit.

Dans ma valise, je mets ?

Mon kit de survie : - De la crème solaire, de bonnes chaussures de marche, des lunettes de soleil, une lampe torche, une petite laine, des lingettes (oui elles m'ont sauvé la vie !) et des sacs en plastique pour protéger ses affaires (appareil photo, par ex...). - L'astuce d'AbdelKader : pour remédier aux nuits glaciales, il dort carrément sur les braises du feu de camp. De quoi s'offrir un massage naturel et un duvet bien chaud !

Sur le même sujet

Réagissez
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme