Rechercher

Plus confiance dans ma pilule : ça vaut quoi les méthodes "naturelles" ?

Plus confiance dans ma pilule : ça vaut quoi les méthodes "naturelles" ?

Plus envie d'avaler des hormones ? Il existe des alternatives 100% naturelles... mais elles sont loin d'être aussi fiables. Mieux vaut les adopter en connaissance de cause : on les détaille pour vous.

Plus envie d'avaler des hormones ? Il existe des alternatives 100% naturelles... mais elles sont loin d'être aussi fiables. Mieux vaut les adopter en connaissance de cause : on les détaille pour vous.

La méthode Ogino :

"Attends, je (re)compte"

C'est quoi le principe ?

Déterminer les jours où on est fertile (préservatif obligatoire en cas de rapport sexuel) ou non (on peut faire l'amour sans risque... en théorie).

Pour ça, on sort un calendrier et un crayon et on fait un peu de maths ! Il faut observer 12 cycles et noter la durée du plus long (par exemple 34 jours entre le 1er jour des règles et le début des règles suivantes) et du plus court (par exemple 27 jours).

Ensuite, on fait la durée du cycle le plus court (27) - 18 = 9 dans cet exemple. On est donc considérée comme fertile à partir du 9ème jour après le début des règles.

Puis on fait le plus long (34) - 11 = 23. Ca veut dire qu'on est fertile jusqu'au 23ème jour du cycle. Un peu perdue ? On résume : dans ce cas là, on est considérée comme fertile du 9ème au 23ème jour du cycle et on peut avoir des rapports non protégés seulement du 24ème jour au 8ème jour !

L'avantage :

On avale zéro hormones, il n'y donc aucun risque d'effets secondaires. Et comme on fait nous-même le calcul, on a le sentiment de reprendre en main notre contraception et de mieux se connaître.

L'inconvénient :

Impossible de l'adopter du jour au lendemain puisqu'il faut un an d'observation (sans contraception hormonale) pour avoir un calcul précis. Et c'est intéressant surtout si on a un cycle super régulier... ce qui n'est pas le cas de la majorité d'entre nous.

Avec un cycle de 28 jours, la période "à risque" ne dure qu'une semaine. Mais plus on a un cycle irrégulier, plus il faut prendre une marge de sécurité...

Au final, on ne peut se passer du préservatif que quelques jours par mois !

L'avis du gynéco, Dr David Elia :

"Le problème, c'est qu'il suffit d'un rien pour décaler une ovulation et fausser ces calculs : un souci, un voyage, une perte de poids, une grippe... Cela augmente fortement le risque d'échec, même lorsque le cycle est régulier à la base. Et même lorsqu'on "fait attention" pendant les jours à risque, le préservatif peut se rompre et entraîner des grossesses non désirées."

Cliquez sur "Suivant" pour tout savoir sur la méthode des températures !

 

 

Découvrez également d'autres méthodes de contraception naturelle : - la méthode des températures- la méthode Billings- la méthode Clearbue

Sur le même sujet

Réagissez
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme