Contribution de
AlixOo
Lifestyle   Culture  

J'ai testé la plage naturiste, j'ai survécu

Quand on est pas super à l'aise pour faire du topless à la plage, faire tomber le haut relève de l'exploit, et j'ai pourtant expérimenté la chose cet été, je vous raconte tout.

J'ai testé la plage naturiste, j'ai survécu © GR
fezzrzr
Taille du texte : A A A
Imprimer
Réagissez3
Je m'abonne

Avant.

La première question qu'on se pose, c'est comment on en arrive à faire du naturisme ? Moi j'ai plutôt été élevée dans une famille relativement pudibonde, je n'ai jamais vu mes parents nus, et même ma grande soeur ne se déshabillait pas devant moi, c'est vous dire d'où je pars.

Puis cet été, j'ai été invité près de Toulon à passer un long week-end avec une amie du lycée, avec qui j'ai repris contact il y'a peu. Quelques jours près de la mer, plutôt une bonne idée quand on a bossé tout l'été.

C'est très amont que Julia m'a prévenu. "Tu sais, il nous arrive souvent d'aller sur une plage naturiste l'été, est-ce que ça te dira d'essayer ?", je suis devenu livide. J'imaginais Julia et son mec à poil en train de gambader sur le sable, c'était totalement inconcevable sur le moment. Mais je n'ai pas répondu tout de suite. Le lendemain, épuisé par le boulot, j'ai répondu "oui" avec un enthousiasme qui n'avait aucun sens. J'aurais voulu hurler non, mais après tout, pourquoi pas ne pas faire n'importe quoi, tant que je ne suis plus dans ce bureau.

Puis j'ai un peu oublié, jusqu'à quelques jours avant le départ, où je me suis souvenu que oui, j'avais osé dire "oui" à cette proposition improbable. Mais nous n'en avions plus parlé avec Julia.

La chose est devenue latente. Le jour du départ je ne pensais plus qu'à ça. Une fois arrivé sur place, beau temps, visite de la maison de la petite famille, premier apéro. J'avais presque zappé.
Puis c'est son mari qui a remis le sujet sur la table, entre deux tranches de saucisson... "Alors, tu es partante pour faire un tour sur notre petite plage naturiste ? C'est chouette ! Tu as déjà essayé ?"

Je ne me dégonfle, je reste digne, je réponds que non, mais que ça ne doit pas être si dingue que ça. Julia répond simplement "la première fois ça fait un peu bizarre, mais au bout de quelques minutes on ne s'en rend plus compte". MOUAIS.

Pendant.

C'est donc le lendemain matin que nous partons à la plage, avec leur petite fille. La mer est à une quinzaine de minutes de leur maison, nous longeons toutes les plages habituellement visitées par les touristes, elles sont bondées, on est fin aout, mais ça semble irrespirable.

"On va juste un peu plus loin, on fait le tour de la colline par la bas, on se gare au bord de la route, on descend un sentier, et on y est !". OK.

Arrivé sur place, on se gare effectivement n'importe comment, et descendons un sentier improbable, et très accidenté. Petit inquiétude pour mes chevilles, mais ok. Quand soudain, le choc...

Une crique magnifique, de rochers, pas de sable, mais un décors paradisiaque, et seulement une vingtaine de personnes, la plupart entièrement nues, quelques unes avec un bas de maillot, mais rien à voir avec les plages bondées à quelques minutes de là.

Un peu gêné à l'idée de voir tant de sexes ballants, je reste digne et focalise mon attention sur le décors. Je pense avoir répété 10 fois la phrase "mais c'est sublime".

Nous nous installons près d'un rocher, à quelques mettre de l'eau, Julia est la première à se déshabiller, naturellement, rapidement, comme pour montrer l'exemple et faire "comme si" ça n'avait pas d'importance. Son mari se déshabille ensuite, et va tout de suite plonger dans l'eau, j'y vois là un signe de "je vous laisse entre filles". Peut être pour me ménager.

Il m'aura fallu au final quelques secondes pour suivre moi même le mouvement, après une grande respiration. Je reste nue sur ma serviette, assise, mais heureuse d'avoir osé, Julia m'a dit "bienvenue au club", en souriant.

Je me rends compte assez vite que la sensation d'être nue procure un sentiment de liberté qui surpasse assez rapidement la notion de gène. Evidement pour cette première fois j'ai mis un peu de temps à me lever et à aller dans l'eau, les 3 mètres qui m'éloignaient de l'eau me semblaient gigantesques, et un moment terrible lors duquel j'étais obligée de me montrer nue, debout, face à tous.

Mais au final, je me suis rendu compte que tout le monde s'en fichait. Personne ne vous regarde, les gens sont occupés, jouent avec leurs enfants, font trempette, lisent, exactement comme sur une plage classique.

Me voilà dans l'eau, entièrement nue. C'est à ce moment là que les sensations sont encore plus fortes, l'eau se balade partout autour de vous, jusqu'à des zones généralement plutôt couvertes, et c'est agréable, vraiment. Ca créé un rapport différent au lieu, à l'eau, et à la nature en général. Je comprendre du coup un peu mieux le mot "Naturisme".

Je retourne sur ma serviette, beaucoup plus détendue, je n'ai pas peur de rester debout pour me sécher, tout le monde peut me voir, et alors ? Julia me fait remarque qu'elle n'a aucune trace de bronzage alors qu'elle vient à la plage 3 à 4 fois par semaine, je souris à mon tour.

Après.

Nous y sommes retourné 2 jours plus tard, j'ai été cette seconde fois totalement décomplexée, sans aucune pression, une fois encore parce que le culte du corps ne semble pas avoir d'importance dans ce milieu la. On est nu(e) pour être libre et bien, pas pour se faire mater ou draguer.

J'ai adoré cette sensation, et j'espère y retourner l'été prochain.

Et vous, vous avez déjà essayé ?

 Réagissez
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
3 commentaire(s)
Anonyme - 27/03 à 13:30

Coucou tout le monde, moi je vais faire du naturisme pour la première fois au moi de mai en vendee et j'ai hâte.

Signaler un abus
Anonyme - 18/12 à 10:13

Est-ce que j'ai déjà essayé? Oui. à l'adolescence, il y a maintenant plus de 30 ans. Et depuis, je n'ai jamais remis de maillot, sauf quand il n'y avait vraiment pas le choix (genre piscine municipale), et alors je me demande ce que je fiche avec ce truc aussi inutile que désagréable alors que c'est si agréable de se bronzer et baigner dans son plus simple appareil. J'ai dit bronzer et baigner, mais également se promener dans la nature, rester nue toute la journée, la nudité ne doit pas être réservée seulement à la plage.Bien être, liberté, on ne peut pas imaginer tant qu'on n'a pas essayé.Mais attention, drogue dure: après, on ne peut plus s'en passer, et aucun retour en arrière n'est possible.Ceux qui n'ont jamais essayé, vous ne pouvez même pas soupçonner ce que vous perdez!Hélène Labelle

Signaler un abus
Goldwing1832 - 15/12 à 15:25

Bravo !! tu as très bien commenté ." la première fois " ..... moi Naturiste à Montalivet ( 33 ) .... l'été c'est 12 000 personnes nues dans un domaine naturiste de 200 Hectares ....... " Le pied "

Signaler un abus
Commentaire(s) : 3