Fermer
Suivre Elleadore.com sur
S'abonner au magazine :

L’histoire complètement dingue des sœurs Dionne

Entre exploitation et exposition, le destin singulier de ces quintuplées canadiennes !

Les naissances multiples ont toujours fasciné. Et si les jumeaux font leur petit effet, les quintuplets passent parfois du côté du phénomène de foire. C'est malheureusement ce qui est arrivé aux soeurs Dionne, ces 5 petites filles du début du siècle dernier. 

Nées au Canada le 28 mai 1934, Annette, Cécile, Emilie, Marie et Yvonne sont les premiers quintuplés à avoir vécu au-delà de la petite enfance. Une chance sur 57 millions que cela se produise ! Cela leur a valu une attention toute particulière, qui leur a plutôt porté préjudice. En effet, les grossesses multiples sont très surveillées et, plus les bébés sont nombreux, plus il semble miraculeux qu’ils naissent tous en bonne santé. Ce miracle a valu bien des drames aux quintuplées de la famille Dionne. 

Dionne-1

Toutes cinq naquirent dans une famille qui comptait déjà 6 enfants. Deux jours après leur naissance, des promoteurs contactèrent leur père pour obtenir qu’elles soient exposées lors de tournées contre compensation financière. Oliva Dionne, la maman, signa alors un contrat avec la Chicago Century of Progress Exposition, une foire internationale. Il faut savoir qu’à cette époque ces foires montraient au public toutes sortes de « phénomènes », jusqu’à des prématurés dans leur couveuse. Alors, ces quintuplées, quelle attraction pour les foules curieuses ! Quant à Mr Dionne, il espérait ainsi améliorer la qualité de vie de sa grande famille.

Difficile de savoir ce qui se passa exactement, mais Mr Dionne annula son contrat le lendemain et l’opinion publique s’attendrit sur le sort de ces bébés. Assez rapidement, la garde des cinq sœurs fut retirée aux parents par le gouvernement de l’Ontario qui prit leur tutelle. Mais, tout en prenant soin des enfants, le gouvernement les exploita en les exposant à la vue de tous. C’est tout un domaine, baptisé « Quintland », qui fut construit pour accueillir les fillettes et tous ceux qui s’occupaient d’elles. Deux fois par jour, les visiteurs, fascinés par la parfaite gémellité des enfants, se pressaient par milliers pour les voir jouer au travers des grillages d’une galerie d’observation. L’image des fillettes était utilisée pour des publicités et on pouvait trouver de nombreux produits dérivés à leur effigie. Elles ont aussi tenu la vedette de quatre films hollywoodiens !

Dionne-2

Pendant 9 ans, les sœurs Dionne furent ainsi élevées loin de leurs parents et sous les regards de tous ces inconnus, leur exposition générant des revenus considérables pour le gouvernement de l’Ontario. On estime que 3 millions de personnes sont venues les observer entre 1936 et 1943, ce qui fit de Quintland une des attractions les plus populaires de l’époque, permettant à l’Ontario d’empocher 500 millions de dollars canadiens. En plus de leur exploitation, les petites filles vécurent en isolement total, sans aucun contact extérieur, sans scolarisation, loin de tout autre enfant, avec pour seuls compagnons les personnels qui s’occupaient d’elles.

Dionne-4

En 1943, Oliva Dionne récupéra la garde de ses filles après une longue bataille judiciaire. Mais les malheurs des quintuplées ne s’arrêtèrent pas là. Bien au contraire, elles vécurent ce déménagement comme un déchirement. Elles arrivèrent dans une famille qu’elles ne connaissaient pas et qui se passait très bien d’elles jusqu’alors. Leurs frères et sœurs ne voyaient pas d’un très bon œil leur arrivée et se montraient plutôt jaloux et cruels. Oliva et Elzire Dionne continuèrent d’exploiter l’image de leurs filles, tout en les traitant durement. Les sœurs, une fois adultes, ont même accusé leur père de les avoir abusées sexuellement, tandis que leur mère se serait montrée violente. Durant toutes ces années de leur enfance, l’éducation des petites filles déclencha de nombreux débats publics, significatifs des préoccupations de l’époque : dans quelle langue les faire grandir ? quelle religion ?

En 1955, les sœurs Dionne apprirent qu’elles disposaient chacune de 171 000$, mais, ignorant la valeur de cet argent, elles acceptèrent d’en confier la gérance à leur père. En 1965, les quatre sœurs survivantes (Emily était décédée en 1954) publièrent leur autobiographie Nous étions cinq. Leur histoire a librement inspiré la série Cinq bébés à la une (Million Dollar Babies) diffusée en 1994. Mais ce n’est que dans les années 90 que les sœurs, alors dans la soixantaine, cherchèrent à faire reconnaître le traumatisme qu’elles ont subi. En 1998, les trois survivantes de l’époque obtinrent du gouvernement de l’Ontario une somme de 4 millions de dollars canadiens en compensation de leurs années d’exploitation à Quintland.

Dionne-5

Aujourd’hui, Cécile et Annette, les seules survivantes, se battent pour que soient préservés tous les témoignages de leur enfance dans le musée installé dans la ville de North Bay où elles ont grandi. Au mois d’avril 2017, après de nombreuses hésitations, le conseil municipal a accepté de conserver la maison et tout ce qu’elle contient en souvenirs, mais de la déplacer dans un autre secteur de la ville. Il reste maintenant à savoir qui participera au financement du lieu.

Pour Annette et Cécile, il est nécessaire de garantir l’entretien de ce musée, c’est un devoir de mémoire. Tout d’abord parce que leur histoire raconte aussi une part d’histoire du Canada. Et parce qu’elles pensent que les enfants doivent être protégés et que ce lieu rappelle la vigilance indispensable à la lutte contre les maltraitances. Un combat qui les concerne de près et qui leur tient à cœur !

Miss Bontinck}
Miss Bontinck Ses derniers articles

Vous aimerez aussi

Séries TV : Celles qui reprennent en Septembre
Séries Le sujet est difficile, mais il faut en parler : l’été...
Des plantes et des femmes
santé Entre pratique ancestrale et phénomène de mode,...
#Wanted : les bougies Harry Potter !
Culture Comment peut bien sentir l'univers de Harry Potter ?...
Réagissez !
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme