Fermer
Suivre Elleadore.com sur
S'abonner au magazine :

Yarn Bombing, le nouveau street art

Yarn Bombing, le nouveau street art

Avec le Yarn Bombing, découvrez comment une pratique traditionnelle comme le tricot permet de mettre en couleur les décors urbains !

On vous recommandait, il y a peu, les bienfaits du tricot en évoquant cette alternative joyeuse et citoyenne du Yarn Bombing. On a eu envie d’en découvrir plus sur cette nouvelle forme d’art urbain, dont le développement en France est finalement récent.

Il existe de nombreux noms pour évoquer le Yarn Bombing : tricot-graffiti, tricot urbain, tricotag, knitt graffiti, yarnstorming… Mais tous désignent la même pratique. Il s’agit d’habiller le mobilier urbain d’ouvrages réalisés à base de fils aux couleurs souvent vives et joyeuses, en humanisant ainsi des lieux publics d’ordinaire froids et impersonnels. Tricot, crochet, dentelles, toutes les techniques sont bienvenues pourvu qu’elles transforment le paysage pour l’égayer et le rendre plus chaleureux.

La pratique elle-même est sans doute bien antérieure, mais le mouvement est officiellement né en 2005 quand, à Huston (USA), Magda Sayeg décide de recouvrir les poignées de la porte de sa boutique de laine. Depuis elle a mis en couleur de nombreux monuments du monde entier et elle est loin d’être la seule à cultiver cet art.

Si « Yarn » signifie fil, « Bombing » fait référence aux graffeurs qui arpentent les villes, la bombe de peinture à la main. Il se murmure effectivement que le Yarn Bombing serait une occasion de revanche pour les femmes qui sont sous-représentées dans le monde du graffiti urbain. Mais c’est avant tout une occasion pour des passionnés de se retrouver pour créer une mise en couleur éphémère et non dégradante, dans une démarche solidaire et artistique (attention : ce n’est légal que si cela répond à une commande officielle…). Et la bonne humeur du tricot se partage à tous les âges !

De nombreuses villes ont connu des événements de Yarn Bombing, que ce soit sur proposition des autorités municipales ou à l’initiative d’artistes ou de collectifs. Ainsi, au début de cette année 2017, la municipalité de Béziers rassemblait les bonnes volontés tricoteuses pour mettre en couleurs les arbres de ses allées Paul Riquet. Objectif : obtenir près de deux kilomètres de bandes tricotées dans des couleurs vives, chaque bande faisant 2m de long sur 30 cm de large. Le résultat sera mis en place à l’automne : on est impatient de le découvrir !

 

Feliz lunes a todos!! He pensado en hacer un #yarnbombing ya que me robaron las cositas que puse en el exterior de la tienda... Quien se apunta? Brazos arriba!! El día 29 haré una quedada para organizar y crochetear o tejer cositas bonitas para darle vidilla a la calle! Empezaremos a las 17.30 y por supuesto el material se pone aquí! Tú solo tienes que traer tus agujas y tú imaginación. Quien quiera apuntarse mail a : hola@tejeypunto.com

Une publication partagée par TejeyPunto (@tejeypunto) le

Miss Bontinck}
Miss Bontinck Ses derniers articles

Vous aimerez aussi

Un architecte installe un bureau secret sous un pont de Valencia
Artiste Un lieu de travail coincé sous un pont d'autoroute......
Jouer au Puissance 4 au basket, c'est possible !
Sport Le Puissance 4 n'est pas le jeu le plus passionnant du...
J'ai osé... Me teindre les cheveux en rose !
Mode J'en rêvais depuis mes 4 ans. Après différentes mèches...
Réagissez !
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme